Lire ici la note de lecture Laurent Grisel, « Climats », par Antoine Emaz. Voici donc « une poésie qui s’adresse frontalement au lecteur pour lui demander de s’interroger sur un modèle mondial de société qui, tel quel, n’a pas de futur. » Et bien apportons ce léger correctif à un moment opportun: elle s’adresse frontalement à… l’électeur-citoyen. C’est...