En ce moment

Titre

Artiste

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Lapin. N°463.

Écrit par sur 2 février 2011

En ce début d’année du Lapin la flambée des cours des matières premières agricoles va entraîner une hausse des prix alimentaires. Baguettes de pain, pâtes, farine, huile, etc. tout va augmenter. Ne parlons pas de la viande. De lapin compris. Ni du poisson. Ni du coup de masse sur les fruits et légumes.

Pas de hausse de salaires en vue mais des hausses de prix de l’énergie et des produits de première nécessité. Le prix de l’essence à la pompe s’approche des records de 2008. Dans le même temps, les grands groupes pétroliers et gaziers produisent des surprofits et apparaît la précarité énergétique pour les bas revenus. Depuis mai 2010, le prix du blé a augmenté de plus de 60%, le café de 30%. A cela s’ajoute les matières premières du textile. Le cours du coton a doublé en mars dernier. Même envolée du lin. Quant aux fibres chimiques, liés au prix du pétrole, ils se sont renchéris de 30%. La laine de 16%.

Il faut s’attendre donc à des détériorations importantes de l’économie. La hausse des prix du pétrole et des produits alimentaires va laisser des traces et aussi déclencher des émeutes de la faim dans les pays du Sud. Avec les événements de Tunisie, d’Algérie et d’Egypte on en constate déjà aujourd’hui les effets.

Alors pourquoi ? Je cite Suzan George : « pour des raisons largement indépendantes des questions d’offre et de demande. On trouve aujourd’hui sur les marchés des produits alimentaires, des investisseurs qui se sont retirés d’autres marchés et spéculent sur des contrats de blé, par exemple, dont ils n’ont aucun réel usage : ils sont incapables d’en vendre ou d’en prendre livraison. En mars 2008, le prix du blé a gagné 31 % en une seule journée, c’est dire. » (Lire cette rencontre entre Suzan George et Paul Jorion)

Voilà donc de quoi demain sera fait, ça fait froid dans le dos. Par dépit, faudrait-il donc se tourner vers l’astrologie chinoise ? « Il est bien peu probable qu’on puisse assister à de grands bouleversements en une année du Lapin. », « remarquable par la tranquillité qu’elle offre. » Alors dans ce cas, tout porte à croire qu’on aura beaucoup de mal à éviter que ça ne tourne en économie de dépression.

Le calendrier chinois est découpé en cycle de 60 années, ce qui signifie que le monde connaît dans une année donnée des événements similaires survenus 60 ans auparavant. Petit saut vers wikipedia pour vérification astrologique: 1951 ? Pas de grand bouleversement. Déprimant ! J’espérais encore un peu…Nous restera-il à vivre comme des rongeurs (crever de froid dans un terrier « bio » et manger des carottes crues parce que les cuire ça produit du CO2) ? Et d’ailleurs, comment va le marché mondial des peaux de lapin mort ?

D.D


Continuer la lecture

Article suivant

Boîte noire.N°464.


Miniature
Article précédent

Maxtor. N°462.


Miniature