» Depuis 1948, les Palestiniens sont condamnés à l’humiliation perpétuelle. Ils ne peuvent même pas respirer sans autorisation. Ils ont perdu leur pays, leur terre, leur eau, leur liberté, leur tout. »

Eduardo Galeano

Capture d’écran 2018-05-15 à 12.35.36

Gaza est la prison à ciel ouvert polluée, puisque cette bande de terre est maintenue sous blocus depuis onze ans par Israël, dans laquelle vivent les Gazaouis, un lieu d’aliénation, un ghetto. Et le reste du territoire palestinien est conquis par les colonies israéliennes suivant un plan de colonisation méthodique (lire ici). Si bien qu’en franchissant les bornes du bon sens, Israël a d’ores et déjà gagné la bataille du territoire. Qui se remplit de murs, de barbelés et de checkpoints qui provoquent et humilient la population palestinienne. A qui l’on vole les terres, rase les maisons et arrache les oliviers musculeux cernés de fils de fer barbelés. Tout, pourvu qu’ils s’en aillent. La perspective de deux Etats n’est plus qu’un mirage. La violence, dans la région, d’une génération à l’autre, est donc partie pour durer. Folie pure qui se mesure à la lâcheté du monde !

Nous ne reviendrons pas ici sur la folie et les exactions de l’immense terroriste à la crinière de feu qui déchire l’un après l’autre les traités internationaux les plus importants pour l’avenir de l’humanité, ni sur ces actes terroristes des snipers de l’armée d’un Etat hors-la-loi, qui n’ont pas hésité à assassiner sans risque et sans l’ombre de la retenue, près de 60 personnes le jour des 70 ans de la création d’Israël, dont des enfants, et causer plus des milliers de blessés. Qui manifestaient sans arme mais avec les pieds – la marche commencée il y a six semaines, a déjà fait plus d’une centaine d’adultes, enfants, secouristes, journalistes tués par balles- leur droit primordial d’accès à l’espace pour réclamer les rudes terres perdues et commémorer les 70 ans de la « Nakba » (la « Catastrophe »), – qui est la catastrophe palestinienne désignant le départ par la terreur vers l’exil forcé de 700 000 Palestiniens arrachés de leurs villages après le plan de partage de l’ONU en 1948.

recolte oliveMais nous parlerons de la situation actuelle en Cisjordanie avec Romain Dieulot, qui travaille au réseau Civam. Il est parti avec l’association France Palestine Solidarité du 35, en Palestine en octobre 2017 dans le cadre d’une mission cueillette solidaire d’olives organisée par l’AFPS (Association France Palestine Solidarité). Car, comme il l’explique, « Il s’agit aussi de se pencher plus particulièrement sur des initiatives de résistances de la paysannerie palestinienne face au contexte d’occupation et de colonisation. » Et ajoutons, d’initiatives face à la négation jamais autant brutalement assumée des droits du peuple palestinien: « Israël traite la population gazaouie comme un groupe armé » (Ouest-France, lire ici et ).

Notre programmation de cette semaine fera ainsi écho à l’actualité, Diane Giorgis pour Radio Univers est allée le rencontrer. A écouter ici:

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

D.D

ruCe qui a été dit et écrit ici-même autour de la musique de Palestine.