Current track

Title

Artist

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Esther Jeffers, »D’une crise des dettes privées pourquoi sommes-nous passés à une crise des dettes publiques ? ».

Written by on 14 mai 2012


Entretien avec Esther Jeffers, professeur d’économie Université Paris 8, membre du conseil scientifique d’Attac. A l’invitation d’Attac, Esther Jeffers donnait une intervention sur la crise européenne actuelle à la maison des associations de St Malo. A cette occasion, nous l’avons rencontrée pour lui poser quelques questions : Pourquoi la crise débutée en 2008 aux USA, se trouve-t-elle aujourd’hui en Europe son épicentre ? D’une crise des dettes privées pourquoi sommes nous passés à une crise des dettes publiques ? Qu’est-ce qui se joue derrière cela ? N’est-on pas en train de culpabiliser les peuples européens pour les déposséder de leurs biens communs et services publiques ? Quels sont les moyens et les instruments pour s’opposer à cette logique financière ? Entretien réalisé le 17 novembre dernier.


Reader's opinions
  1. Jacques Harel   On   23 novembre 2011 at 21 h 05 min

    Excellent de pouvoir réentendre calmement Esther Jeffers même quand on a , comme moi, eu la chance de l’entendre à St Malo à la soirée Attac. On se dit qu’il est sûrement dans l’intérêt de certains de laisser penser que l’économie et la finance, c’est trop compliqué pour le citoyen moyen et qu’il faut laisser faire les « experts »… Avec Esther, les choses trouvent leur logique, mortifère, hélas, mais au moins on sait qui « cibler », dans le monde de la politique et de la finance avec l’évidente connivence qui en unit certains acteurs… Merci à Radio-Univers, insuffisamment connue par ici, J.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.