Current track

Title

Artist

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

« Ecoutez la science, même si elle n’a pas toutes les réponses ». N°936

Written by on 15 avril 2020

Le confinement derrière porte et fenêtre, écrivions-nous ici, sans possibilité d’outrepasser sa situation humanistique, ça donne quoi ? Considérant que toute chose est plus qu’elle-même, le confinement peut alors aussi nous donner à…  » Ecoutez la science, même si elle n’a pas toutes les réponses « .

Comme le conseille le physicien et philosophe des sciences italien Carlo Rovelli, qui vient d’accorder l’entretien ci-dessous à Radio Popolare de Milan, épicentre de la pandémie de Covid-19.

Rovelli est l’un des fondateurs de la théorie de la gravité quantique à boucle et l’auteur du best-seller mondial Sept brèves leçons de physique. Dans son dernier livre L’Ordre du temps, il incite ses lecteurs à penser différemment leur rapport au temps pour mieux le comprendre. Grâce à la connaissance du monde dont le mot d’ordre est pour lui d’accepter le caractère éphémère des choses pour apprécier la beauté de la vie.

Confinés dans le brouillard de la pandémie qui, lui, s’est encore épaissi, nous proposons ici de rester ouverts aux idées éclairantes. Celle-ci en est l’une d’elles.

Toute réalité est une interaction »

Carlo Rovelli.

« La physique quantique ne décrit pas comment les choses sont, mais comment elles interagissent les unes avec les autres. Donc, je pense que c’est général. Même nous, les êtres humains – je ne suis pas une chose. Je suis un réseau d’interactions avec le monde qui m’entoure, avec les gens qui me connaissent, qui m’aiment. C’est une façon plus puissante d’essayer de saisir la réalité en se concentrant sur ce qui interagit avec quoi et comment, et d’une certaine manière, les objets ne sont que les nœuds des interactions. » (Carlo Rovelli – extrait d’entretien accordé à obeing.com.)

D.D

Radio Popolare : Le coronavirus, le virus qui vient de loin, de Chine. Un virus qui dériverait de pratiques qui – ici en Occident – ont été définies comme archaïques (voir la vente d’animaux sauvages vivants sur les marchés). Ce virus est porteur de beaucoup de peurs et d’angoisses, liées à la mort. Vous avez tenté de renverser le bon sens en affirmant que cette pandémie est une question de vie ou de mort. De quoi s’agit-il ?

Carlo Rovelli: Je pense qu’il y a une erreur dans la façon dont nous vivons cette pandémie. C’est comme si le Coronavirus était l’arrivée de la mort et que nous combattions la mort de loin. C’est une erreur, car la mort est la même, même sans le virus. Cela ne signifie pas que nous ne devons pas nous battre comme nous le faisons. Au contraire. Je suis extrêmement favorable à toutes ces mesures qui ont été prises. Je pense que les femmes de ménage sont raisonnables en nous demandant de rester à l’intérieur. Nous nous battons pour permettre aux gens de vivre un peu plus longtemps.
Mais que sont les peurs et les angoisses, comme vous l’avez dit ? À mon avis, ce n’est pas la mort qui vient, c’est simplement quelque chose que nous ne voulons pas voir d’habitude et qui est maintenant plus visible pour tout le monde. Dans les premiers moments, je me suis dit : il se peut que demain matin je commence à tousser, j’ai du mal à respirer, dans les 48 heures une ambulance m’emmène dans une chambre blanche froide où deux jours plus tard je finis par mourir.
Mais la même chose pourrait arriver avant, la même chose. Non seulement cela pourrait arriver, mais cela arrivera tôt ou tard. La mort fait partie de la vie. C’est une douleur terrible pour ceux qui restent et perdent des êtres chers, mais c’est une douleur qui vient quand même. Mon père est mort l’année dernière, ma mère il y a quelques années. Des amis à moi sont morts les années précédentes sans le virus.
Cette partie de la vie – qui est la douleur de perdre des gens – est inévitable et fait partie de nous. Nous n’avons pas besoin de faire notre deuil parce que c’est la vie. Il y a aussi cette douleur dans la vie. Bien sûr, toute la civilisation a été un effort pour nous permettre de vivre plus. On ne meurt pas à 30 ans, à un âge qui, au Moyen-Âge, représentait l’espérance de vie. Nous vivons pour avoir 70, 80, 90 ans.
L’effort que nous faisons tous ensemble est de permettre à notre système médical de guérir ceux d’entre nous qui sont malades et de nous donner un peu plus de vie. Je pense que c’est un merveilleux effort que nous faisons tous ensemble pour nous permettre de vivre un peu plus, ce que la médecine peut faire. Il peut le faire dans les limites, cependant, du fait que nous sommes mortels. Ce sont des limites que nous ne voulons parfois pas voir.
Nous devons vivre avec sérénité même dans les moments où cela nous semble le plus proche. Il n’y a pas de mort à venir, il y a une mort de tous les temps. Combien sont morts en Italie, vingt mille personnes ? Bien sûr, c’est terrible, mais dans une année normale – sans virus et sans pandémie – vingt mille personnes meurent régulièrement en Italie, créant la même douleur dans les familles.
Je pense donc qu’après tout, ce qui se passe nous rend plus humains. Elle nous fait mieux voir qui nous sommes, nos faiblesses, nos limites. Vivons le plus sereinement possible, sans diminuer tous les beaux efforts pour essayer de nous donner le plus de vie possible.

RP: Ne pensez-vous pas qu’une partie de cette angoisse peut également être causée par le fait que nous éprouvons un sentiment de vulnérabilité, non pas individuelle mais collective. Le virus frappe dans le tas, dans une communauté planétaire. Le sentiment d’être des objets aveugles et vulnérables nous ramène à un fait de la nature, peut-être éloigné dans notre culture occidentale. Et c’est le fait que nous ne sommes pas omnipotents, nous ne pouvons pas déterminer complètement notre propre destin. Et aujourd’hui, nous nous trouvons submergés par quelque chose de peu visible qui nous fait nous sentir encore plus vulnérables, comme le Coronavirus.

Oui, je pense que c’est exactement ce que vous dites. Mais c’est bien dans votre douleur. C’est vrai, ne pas vouloir faire face à notre vulnérabilité et à notre fragilité n’était pas bon du tout avant non plus. Ce n’est pas comme si nous n’étions pas morts avant ou qu’il n’y avait pas eu de tragédie. En ce moment, plus de personnes meurent de malnutrition chaque jour dans le monde que le coronavirus. Aujourd’hui, la vulnérabilité humaine est réelle et nous vivons ensemble, collectivement, pour essayer de vivre mieux et de faire disparaître la douleur, et non pour vaincre la mort. C’est un moment très difficile, mais c’est aussi un grand moment de « retour à la réalité » : retournons à la réalité et faisons-y face. L’humanité n’est pas complètement maîtresse de son propre destin et elle ne peut pas gérer la planète, elle ne peut pas gérer la mort et elle ne peut pas gérer beaucoup de choses.
Nous sommes fragiles et c’est normal. Nous l’acceptons. C’est une grande leçon d’humilité. L’humanité entière souffre d’arrogance, pense qu’elle peut résoudre tous les problèmes et faire ce qu’elle veut. Ce n’est pas le cas, nous sommes très bons, nous avons réussi à prolonger la durée de vie de 30 à 80 ans, mais nous sommes très limités et très fragiles.

RP: On compare souvent cette situation à une guerre. Des chefs d’État et des hommes de science ont également utilisé cette métaphore de guerre. Qu’en pensez-vous ?

Je n’aime pas les métaphores de guerre, je préférerais utiliser d’autres langues et d’autres métaphores, mais je le comprends. La guerre, qui a marqué l’histoire de l’humanité pendant si longtemps et la marque encore, est un étrange mélange de deux choses. D’une part, la guerre nous monte les uns contre les autres et nous pousse à nous entretuer, mais d’autre part, la guerre est aussi l’occasion pour un groupe de collaborer intensément à un objectif commun au sein du groupe : vaincre l’ennemi.
Dans l’histoire de l’humanité, la guerre a toujours eu l’extraordinaire capacité de faire travailler les gens ensemble. Et c’est étrange parce que, d’une part, nous sommes devenus si capables de collaborer dans des groupes énormes précisément parce que nous nous sommes fait la guerre et, d’autre part, précisément parce que nous nous sommes fait la guerre, nous n’avons pas collaboré dans des groupes encore plus importants.
Le vrai message derrière ces métaphores est que nous collaborons, et c’est pourquoi je voudrais que ce message soit donné en d’autres termes : personne ne vaincra le virus seul, tout comme personne ne fait de la médecine seul. La Lombardie ne le fait pas seule, l’Italie ne peut pas le faire seule et l’Europe ne peut pas non plus le faire seule.

RP: Cette collaboration peut également avoir un objectif très important : aller découvrir ce que l’on ne sait pas encore sur ce virus. La science n’a pas encore toutes les réponses à ce virus. Reconnaître ce manque de connaissances est-il une situation normale ou est-ce quelque chose qui peut accroître l’anxiété ?

Je pense à nouveau que c’est une leçon de vérité. D’une part, la situation actuelle montre clairement à tous que la science n’a pas toutes les réponses. Nous ne savons pas ce qui va se passer, nous ne savons pas s’il y aura une deuxième vague et nous ne savons même pas si, une fois que vous avez la maladie, vous êtes immunisé ou non. Nous n’avons pas de vaccin et peut-être que si nous avions agi plus tôt, il y aurait déjà des études sur les vaccins contre les coronavirus. Le coronavirus est un virus très répandu, mais il a fait l’objet de moins de travaux. La science n’a pas toutes les réponses, mais en même temps, la connaissance est le meilleur outil dont nous disposons.
N’oublions pas qu’il y avait déjà de nombreux avertissements des scientifiques nous invitant à nous préparer à l’arrivée des pandémies. Ce n’est la faute de personne, avec le recul, il est facile de dire que quelqu’un l’a dit, mais nous pouvons en tirer des leçons : à l’avenir, nous entendrons des avertissements similaires. Les dangers pour l’humanité que la science nous met en garde sont nombreux. Commençons à mieux nous préparer.

RP: L’Organisation mondiale de la santé a elle-même mis en garde, il y a deux ans, contre une éventuelle pandémie de virus. Nous écoutons depuis longtemps la communauté scientifique pour nous avertir des risques, par exemple, de surchauffe du climat. Et même ici, les représentations d’un avenir possible si nous n’agissons pas sur ce front sont des représentations catastrophiques. Le risque est que nous ne sachions pas écouter la science. En Italie également, combien de décisions politiques de ces semaines ont été prises sur la base de ce que la communauté scientifique a entendu. Conte assume la responsabilité politique de ces choix, qui sont basés sur les conseils d’experts. Peut-être que cette communauté scientifique n’a pas été pleinement écoutée dans le passé.

Je pense que les craintes du réchauffement climatique ne sont pas exagérées. Au contraire, je pense que c’est un problème beaucoup plus grave, et il est difficile de le dire dans un moment comme celui-ci. Cette pandémie a déjà tué et tuera de nombreuses personnes, mais le problème du réchauffement climatique et les catastrophes écologiques qui s’annoncent en général semblent beaucoup plus graves. Nous n’avons pas de certitudes, mais si nous ne l’écoutons pas nous dire qu’il y a un risque, alors nous nous retrouverons en grande difficulté.
Ce n’est pas la science qui doit décider de ce que nous faisons, les scientifiques ne peuvent pas nous dire de rester à la maison ou de ne pas rester à la maison. Les scientifiques peuvent dire qu’à notre connaissance, si nous restons à la maison, moins de gens mourront. À ce stade, il s’agit d’une décision politique d’évaluer cette situation en gardant à l’esprit d’autres conséquences telles que la crise économique. L’Italie vit toujours avec ses complexes d’infériorité, mais n’oublions pas qu’en ce moment, le monde entier regarde l’Italie avec énormément de respect et d’attention. Dans le monde occidental, tout le monde a d’abord critiqué l’Italie, puis a suivi son exemple. Les décisions très difficiles de l’Italie ont été un grand guide pour le monde entier.

Ce qui a été dit et écrit ici-même autour du confinement. Et du Chaos climatique, ainsi qu’autour de la géopolitique de la faim.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Vous avez remarqué de nombreuses publicités pour commander viagra Il existe plusieurs moyens par lesquels un pirate informatique peut essayer de vous inciter à recevoir un acheter viagra marseille Quelle expression surchargée! Attractif, mais surmené. Nous ne parlons pas viagra acheter pharmacie Les hommes semblent avoir le moment le plus difficile à la achat viagra geneve Ce nest pas un secret que lAcai achat sildenafil En utilisant Kamagra, vous nallez pas avoir une érection instantanée. Vous devez être stimulé pour le. quel viagra acheter Beaucoup dhommes ont des problèmes à court terme de cette façon de temps en temps. Ce nest viagra acheter forum Ces pilules normales dagrandissement du pénis vont certainement arrêter et prévenir et nont aucun achat viagra bruxelles Écoutez des histoires dhommes qui ont vécu un changement biologique compliqué dans leur vie, révélant la réalité. Peut-être viagra achat europe En quelques points, vous pouvez également suivre une thérapie par une personne qui connaît bien le sexe. Bien viagra cialis achat