Current track

Title

Artist

Titre diffusé : 

Background

En défense de Wikipédia… N°551

Written by on 24 octobre 2012

C’est fait. La proposition de suppression de la page Wikipedia consacrée à notre radio provenant d’un certain Martin (un pseudo) qui se proclame « l’Ayatollah du sourçage « , a fait l’objet d’un « consensus »…douteux!
Rappelons au passage l’étrange contradiction de se dire Ayatollah pour quelqu’un qui se considère encyclopédiste. Qu’en auraient pensé Diderot et d’Alembert (voir Encyclopédie)?

Mais je précise d’abord. Ici, à Radio Univers il s’exprime une parole qui est celle d’une expérience. D’une expérience qui n’est pas commune. Qui pourtant à un rapport permanent avec les choses communes. Notre expérience dit le monde à sa façon. Parlons du monde à notre façon. Rencontrons qui bon nous semble. Diffusons ce qui nous semble bon pour tous. Par conséquent l’on ne nous entraînera pas dans les polémiques. Ou dans des chamailleries autant inutiles que traumatisantes. Pas notre goût.

Parce qu’à partir d’une proposition de suppression de page Wikipedia, ça a bouillonné dans la discussion entre contributeurs. S’y opposaient deux visions. L’une qui argumentait, apportait des éléments, soutien et renforçait l’esprit social de Wikipedia. L’autre, qui se réfugiait derrière des critères comme des bureaucrates, n’argumentant jamais à partir des éléments apportés mais démolissait.

Pas formidable, ça ? L’univers du numérique, de l’internet en général, peut apparaître du coup bien désespérant… s’il n’était laissé qu’à des contrôleurs assis dans leurs guérites. Considérant que seul Wikipedia nous donnait encore l’impression de quelque chose d’autre, de nouveau et de prometteur qui prenait forme, nous comptions défendre cet esprit-ci. Durant 13 jours, nous avons constaté à notre dépend que ce qui grouille en son sein se révèle pour une part bien cynique.

Bien sûr, la colère nous a envahi quand nous avons ressenti l’injustice. Pourquoi notre radio plutôt qu’une autre? D’autant que nous avons, nous, des éléments à faire valoir. L’inégalité de traitement d’un site à l’autre, l’application de règles à géométrie variable. Nous nous sommes défendus. Ayant tentés d’argumenter. Mais c’était de peu de poids face au dictat d’un grand inquisiteur dont on ignore tout des motivations. Par conséquent, Radio Univers de façon particulièrement injuste et non-méritée, a cessé d’apparaître dans les pages Wikipedia hier, la suppression ayant été décidé sans qu’aucun « consensus clair » (contrairement à leur formule affichée) n’ait pu se dégager.

En gros, le reproche est que Radio Univers est trop discrète. Façon Wikipedia ça s’appelle: pas de sources dans les journaux nationaux. En fait, ce que l’on a appris, c’est que tout est bien en place pour que les grosses firmes et grandes sociétés n’aient plus à se mélanger à ces gêneurs du « local ». Et pire encore au monde « associatif ». Que le plancher soit dégagé, que place nette soit faite pour que s’installent les sociétés qui possèdent leurs sources. Durant la discussion, un contributeur en total désaccord, scandalisé par la proposition de suppression est allé même jusqu’à claquer la porte de Wikipedia « avec ses règles à géométrie variable, et sa propension à favoriser les entreprises faisant de la pub. » Curieux: peu de temps après avoir été annoncé, le motif de son coup de colère fut supprimé.

Car ce sont bien les mêmes… « Critères de succès pour l’entreprise de demain. » que des nouveaux managers délivrent comme conseils auprès de « l’industrie du divertissement » et de la société de l’information. L’un d’eux, par exemple Alban Martin, manager d’Orange.fr, dans son livre L’âge de peer, réédité sous le titre Et toi, tu télécharges ? résume la pensée des managers dans le domaine de l’économie numérique. Il suggère d’analyser le « nombre de sources pour un contenu donné sur un réseau de pair à pair, le nombre de forums dédiés aux contenus vendus, ainsi que le nombre de remix réalisés. » Tout est là bien en place. C’est quoi ces « sources »? Avoir fait l’objet d’un article dans trois des grands journaux nationaux, trois années de suite. Voyez, un empilement de coups médiatiques. Sans quoi, oust ! Pas droit au chapitre! Retour dans l’inconnu et l’indifférence de tous.

Par ailleurs, parmi une dizaine de préconisations, ce manageur recommande auprès des dirigeants d’entreprises de prendre en compte entre autres le « nombre de sites Internet traitant du service proposé ou relayant les informations de l’organisation ; le nombre de feedbacks et de suggestions d’amélioration directement collectés ; le nombre de visiteurs du site ; le nombre de clients « évangélisateurs » recevant les produits en avant-première. » Eh bien, tout est déjà en application à Wikipédia. Ce propos de manager est révélateur d’un certain mode de penser qui vise à pénétrer, puis à prendre la main sur la chose qu’est Wikipédia, site à haute valeur culturelle ajoutée. Qu’aucune firme n’aurait pu mettre en place seule.

Ce qui soulève des questions épineuses. Car en arrière-fond, sur un plan plus général, se dessine alors autre paysage:

1) En s’en prenant au « local » c’est la quasi-totalité des radios locales associatives qui se verront être évincées à tout moment, selon la seule volonté d’un contributeur ou pas. Pour ainsi dire, aucune d’entre elles n’est en mesure de satisfaire aux exigences qui nous sont imposées (notoriété et sources sur la toile). Du coup, s’attendre à une forme d’étouffement à petit feu. Il faut bien sentir le coup venir non dénué d’intérêt juteux: Orange.fr développe un site nommé Deezer de distribution et d’écoute de musique en ligne qui envisage de conquérir une part de marché!

2) En s’en prenant à « l’associatif », celui-ci se retrouve projeté tout droit vers sa marginalisation. Ni plus ni moins. Car toutes ces activités des petites gens, des gens simples, des gens sans histoire, qui, bien que très actifs dans la durée, n’auront pas été le sujet central à période régulière d’articles d’au moins trois journaux nationaux (même Ouest-France compte pour du beurre!), trois années de suite, seront soumises sur Wikipedia à l’arbitraire. Bonjour les publi-reportages! Autre marché juteux qui cette fois-ci s’offre à la presse… »d’une portée nationale »!

3) En s’en prenant au « secteur contributif » sans couverture médiatique -situation qui est la nôtre, une fois mise à jour comme c’est le cas- se pose une contradiction majeure au regard de l’échange de savoir que promeut internet. Et en particulier, celle dite « Encyclopédie collaborative ». Nulle doute, que nous n’avions pas conscience d’un certain fonctionnement. Fort problématique.

Voyez, faire part de notre expérience c’est aussi notre rôle. C’est pourquoi cette passe d’armes que l’on a mené pour la conservation de la page Radio Univers, pour nous elle participait à la défense de Wikipédia, aussi. Avoir penser avant cette histoire honteuse de suppression qu’une nouvelle ère de partage de savoir et des connaissances allait ouvrir vers un monde plus partageux, valait bien que l’on vienne prendre sa défense. Et de sa philosophie de départ partagée par beaucoup, en rappelant bien tout l’intérêt qu’on lui porte.

Depuis quelques heures, nous sommes renseignés sur la qualité de la « démocratie collaborative » dont s’honore cette enseigne prestigieuse autoproclamée « L’Encyclopédie libre ». Un bluff. Un leurre. Une injustice. Tous les coups y sont permis. Le traitement est à géométrie variable comme cela a été dit, et leurs propos furent à notre encontre d’un bout à l’autre méprisants.

S’ajoute le non-respect de leurs propres règles de conduite. Car en faveur de la suppression, il n’y a pas eu le « consensus clair » contrairement à ce qu’ils affichent. C’est faux. La proposition a été assez loin d’avoir fait l’unanimité. Une majorité seulement, avec en dernier lieu quelques « votes » forts douteux, qui sans égard à la discussion sont tombés là comme pour exécuter les basses oeuvres. Faux également les motifs annoncés pour la suppression. Là résidera l’interrogation.

Ce sont ceux qui imposent leur règles et leurs normes qui ont le pouvoir. Sur internet , comme ailleurs et comme toujours.
Tout ça est bien loin de l’image que l’on s’en donne de Wikipédia. Comme ornement de la prétendue culture générale. Voilà, il est bon de le savoir. Après l’avoir vécu. De ce site, nous saurons passer outre.

D.D


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Vous avez remarqué de nombreuses publicités pour commander viagra Il existe plusieurs moyens par lesquels un pirate informatique peut essayer de vous inciter à recevoir un acheter viagra marseille Quelle expression surchargée! Attractif, mais surmené. Nous ne parlons pas viagra acheter pharmacie Les hommes semblent avoir le moment le plus difficile à la achat viagra geneve Ce nest pas un secret que lAcai achat sildenafil En utilisant Kamagra, vous nallez pas avoir une érection instantanée. Vous devez être stimulé pour le. quel viagra acheter Beaucoup dhommes ont des problèmes à court terme de cette façon de temps en temps. Ce nest viagra acheter forum Ces pilules normales dagrandissement du pénis vont certainement arrêter et prévenir et nont aucun achat viagra bruxelles Écoutez des histoires dhommes qui ont vécu un changement biologique compliqué dans leur vie, révélant la réalité. Peut-être viagra achat europe En quelques points, vous pouvez également suivre une thérapie par une personne qui connaît bien le sexe. Bien viagra cialis achat