En ce moment

Titre

Artiste

Titre diffusé : 

Background

Fleuves, d’Ouessant à… N°1046

Écrit par sur 25 mai 2022

Pour comprendre dans quel sens va le monde, il faut aller dans les gares, pas dans les aéroports. Mais parce que les diplomates préfèrent les aéroports, leurs gouvernements ne sont plus capables de prévoir les événements. »

Paolo Rumiz, La ligne de faille – Voyager dans l’autre Europe, de la Finlande à l’Ukraine.

Retour ce jour … au centre même de l’ancienne Mitteleuropa – l’Europe centrale qui, pour rappel, n’appartenait ni à l’Ouest ni à l’Est-, d’où nous sommes ici-même forts éloignés. Moins encore que Fleuves – qui, selon notre formule consacrée, est un trio qu’on ne présente presque plus, et dont on est très fier, compte tenu du lien particulier de Radio Univers avec ce groupe, voir ici.

Plus éloignés sans conteste puisqu’ils y sont depuis le pendant continental d’extrême-Ouest de Vladivostok. Invités qu’ils étaient le week end dernier du « Czech Music Crossroads » d’Ostrava, où pour s’y rendre il leur a fallu goûter au sel du voyage – aller-retour train+avion+bus-, en un zigzag façon Trans Europa Express.

Le « Czech Music Crossroads » est décrite par le site Ostravan.cz , comme une « vitrine musicale palpitante, pleine des nuances de couleurs, de goûts et d’odeurs les plus diverses ». Qui réunit chaque année des artistes et groupes venant de différentes parties du monde : cette fois, de France, de Slovaquie, de Corée du Sud et de République tchèque, etc. ». En de « multiples chevauchements de genres, qui sont la raison d’être de Crossroads « .

Une vitrine présentée à l’issu de l’édition 2022 dont l’invité d’honneur était la France, comme « extrêmement variée, attrayante, émouvante et propice à la réflexion. Sincérité émotionnelle et profondeur des sentiments, sans aucune trace de superficialité, de superficialité et de mécanique. Chacun semblait avoir trouvé « son truc ». » Vue par le public comme « une expérience inoubliable pleine de musique sans frontières et sans limites. » Bien éloignée de la version robotique « vu à la télé » de l’Eurovision.

Observons le contexte géostratégique – en chants et musiques, j’entends. A l’est de la Tchéquie donc, au confluent de sons et influences artistiques de l’Europe médiane (de la Baltique à la mer Noire et aux Balkans) jusqu’au bord de l’Atlantique, voire plus, possiblement en résonance sans cesse renouvelés et accueillant de multiples sons nouveaux ou d’ailleurs. L’angle culturel offre une grille de lecture unique et précieuse sur le monde dans lequel nous vivons.

Avec ces considérations, il serait injuste en ces temps troublés que connaît la Mitteleuropa d’aujourd’hui, de laisser de côté ce genre de road trips et d’ouverture au monde.

C’est ainsi, dans ce Trans Europa Express qui aide à comprendre dans quel sens va le monde, que « Fleuves, dont les croisements atmosphériques de mélodies fleuries avec des rythmes électroniques ont un esprit irrésistible et un potentiel de danse évident, a assuré la fin du spectacle du samedi. Une autre recherche intéressante sur l’approche contemporaine de la tradition, qui se caractérise par sa convivialité sans barrière et son caractère associatif. » – comme l’énonce encore le commentaire d’Ostravan.cz – Deník pro kulturu a umění.

Comme il serait plus injuste encore de laisser de côté cet autre genre de « vitrine musicale » beaucoup moins attendue et beaucoup plus à l’Est du continent, où le gouvernement dans son enchaînement d’absurdité, de cruauté et d’inhumanité, n’est plus capable de prévoir les événements, voir ici.

Dans quel sens va le monde ? A chanter d’Ouessant à… l’Oural, à l’unisson “Merde à la guerre” !

D.D

Ce qui a été dit et écrit ici-même autour de Paolo Rumiz.

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.