En ce moment

Titre

Artiste

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Jaser. N°599

Écrit par sur 2 octobre 2013

Ah ! Qu’il est doux de plonger dans le bain sonore de sa langue, d’entendre couler de toutes les bouches des mots aux contours d’ordinaire si familiers qu’on emploie sans y penser, par exemple :

Jaser :
Étymol. et Hist. Début xvies. gaser, gazouiller en parlant d’un oiseau (Frère Phillebert Qu’il sache gaser comme un gay); 1538 jaser « bavarder, babiller »

– Jaser devient ensuite : imiter des paroles humaines, en parlant du geai, de la pie, du perroquet, du merle et autres oiseaux. « Cette pie jase tout le jour. » « Jaser comme un geai ».

Puis Jaser devient causer, babiller, badiner.

Ce n’est que plus récemment que jaser devient péjoratif :
– Dire, révéler quelque chose qu’on devait tenir secret.
– Faire des remarques malignes, plus ou moins médisantes.

Bon, d’accord, ce jaser-là, quel qu’en soit sa forme, s’entend de moins en moins. Déboulonné entre autres par « tchatcher », « parler » ou « exposer ». Voire « blablater ». Du coup il prend un relief étrange, comme si on l’entendait pour la première fois. Certains mots ne feront pas d’histoires. Mais pas celui-ci. Car il est fait pour ça. Par exemple, faire jaser.

Y a-t-il eu un moment, une époque, où jaser ne fut possible ? Jamais. Jaser engendre des métamorphoses et engendré par elles, ce mot qui s’offre à la vision et à la prévision, comporte des équipées glorieuses et des naufrages. Et jaser suit notre époque: ça jase en ligne. Comme ça jase et texte (du verbe texter) sur le portable. Car aussi jaser s’explore et s’exploite (La France massivement écoutée).

Et qu’en est-il de nos jours de ce mode jasant commun communicant ? D’un, ce qui chemine sur les chemins qui sillonnent le monde ne peut s’empêcher de jaser. De deux, il laisse même quelques failles et brèches au passage. De trois, quant aux autres, les Immobiles, rien ne peut remplacer leur jasement. Parce que les uns ne peuvent pas exister sans les autres. C’est pourquoi ça jase. Partout. Depuis l’aube des temps.

Jaser serait-il alors un mot de plus qui cache bien son jeu ? Sans doute. Jaser s’adapte, suit le cours du monde, tricote les liens. Et cache d’autres secrets que nul ne parviendra à résoudre. Car jaser n’a jamais été aussi facile. Mais jase-t-on plus pour cela ? C’est une question. Au regard de tant de gestes (singularité, savoir-faire, et par là même, authenticité) d’ores et déjà perdus à jamais. Par exemple, à l’heure de l’appareillage numérique autour, au milieu, partout, que veut dire jaser comme une pie, comme une pie borgne, comme une pie dénichée ?

Pour ce qui me concerne, cette 599ème Chronique montre, une fois de plus, combien j’aime à jaser. Quant à jaser comme un geai, hum! difficile eu égard à cette observation récente où sous nos châtaigniers, saisis de surprise et d’émotion on ne s’attendait pas à entendre ce très bel oiseau coloré, distingué et intelligent… miauler comme un chat !

A en faire jaser les oiseaux ! A ce qu’on dit.

D.D


Les opinions du lecteur
  1. françoise   Sur   3 octobre 2013 à 6 h 51 min

    « …Des cheveux qui tombent comme le soir
    Et d´la musique en bas des reins
    Ce jazz qui d´jazze dans le noir… » chantait Ferré…

    C’est extra… aussi cette recherche de l’étymologie du mot JAZZ d’où ressort en premier lieu qu’il proviendrait du terme français « jaser » en référence aux rythmes et au mot « phrasé » ou en référence à la réflexion « Ça va jaser », que pouvait inspirer la crainte des conséquences des concerts de jazz sur le voisinage… Et ce verbe français jaser aurait donné « jass » correspondant alors à la forme musicale de l’art de la conversation. Bien sûr cette hypothèse n’est pas la seule, il est aussi question de « jizz » qui indique l’énergie et la force …

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continuer la lecture

Article précédent

Bousiller. N°598


Miniature