Capture d’écran 2017-04-14 à 17.35.43 Lire ici la note de lecture Laurent Grisel, « Climats », par Antoine Emaz. Voici donc « une poésie qui s’adresse frontalement au lecteur pour lui demander de s’interroger sur un modèle mondial de société qui, tel quel, n’a pas de futur. »

Et bien apportons ce léger correctif à un moment opportun: elle s’adresse frontalement à… l’électeur-citoyen.

C’est bien ainsi que le poète Laurent Grisel dans l’entretien qu’il nous accorda, pose ces questions à propos des climats : « Est-ce qu’on sait ce qu’il se passe ? Est-ce qu’on regarde les choses en face ? ».

Pour nous ranimer et nous reprendre face à la menace d’un changement climatique brutal, de l’épuisement des matières premières, du désastre sanitaire de l’agriculture chimique, de la cancérisation du tissu urbain, de la nocivité de l’air que nous respirons, de la pénurie planétaire de l’eau potable, de la dramatique menace nucléaire… Tout cela assez loin de l’ubuesque crise financière et économique…

Alors « pas quelques-uns, quelques pionniers / en masse / par millions / vite, vite / tous / il faut changer de dimension ».

Laurent Grisel, à écouter ici.

Ce qui a été dit et écrit ici-même autour du climat.