Capture d’écran 2018-12-30 à 15.19.45« Personne ne peut raisonnablement se hasarder à prédire comment les choses vont évoluer en France dans les semaines ou les mois qui viennent. » note cette tribune à lire ici.

Alors, en ces temps incertains, revenons ici sur ce courant de pensée à l’origine de celle-ci: Les convivialistes.

Un mouvement de réflexion et de proposition sur le monde comme il va, ou plutôt comme il ne va pas, qui pourrait de bouche à oreille, tracer sa route.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, il a fait l’objet d’un petit livre très pertinent (48 pages) destiné à surmonter la désespérance contemporaine, qui a été traduit dans une dizaine de langues et suscité commentaires et discussions sur les cinq continents – mais assez peu en France: « Pour un manifeste du convivialisme » d’Alain Caillé, Edition  » Le bord de l’eau » (Octobre 2011).

A l’occasion du colloque des Convivialistes qui s’est tenu à l’université Rennes 2 à la fin d’octobre 2015, sous l’intitulé « Un autre monde se construit » – captations audio des interventions, ici-, nous sommes allés à la rencontre de quelques uns des principaux contributeurs de ce manifeste collectif signé par 64 chercheurs et universitaires du monde entier. Qui, pour reprendre la présentation de l’éditeur, « pose les fondements d’un nouveau récit de civilisation. »

A écouter Capture d’écran 2018-12-31 à 20.52.20 ici.
Capture d’écran 2018-12-30 à 00.30.19Alors que le mouvement social des Gilets jaunes d’une ampleur inédite ébranle les fondements du pouvoir, en ces temps incertains où il est de toute évidence urgent d’agir, pour une meilleure répartition des richesses et une démocratisation, ce collectif des Convivialistes, qui regroupe aujourd’hui deux cents intellectuels, vient de proposer de récupérer l’argent du CICE et de créer une « Chambre des 500 citoyens« .