Capture d’écran 2018-06-14 à 18.41.05« J’ai découvert Rimbaud à 13 ans. C’était une rencontre physique avec une langue dans un usage qui transportait une énergie proche d’une gifle » dit la poète Liliane Giraudon, auteure de « Mon Rimbaud« .

« L’écriture de Liliane Giraudon affirme cette revendication pour le monde : qu’il soit vivant, en lui-même ouverture, incluant comme sa matière même les langages et les corps d’autres, le hasard et l’événement de la rencontre. La littérature n’est pas qu’une affaire de langue mais aussi de monde, son enjeu serait de changer la langue autant que le monde. Et l’on peut se demander ce que serait une littérature qui ne changerait pas le monde, sinon la reproduction plate et complaisante d’un espace où le monde est un pénitencier, une salle d’exécution.
Pour Liliane Giraudon, l’important est que l’écriture invente l’espace dans lequel le monde peut s’engouffrer, le chaos du monde, sa présence délirante. L’écriture, par là, est porteuse d’un autre rapport au monde par lequel le monde est moins dit, représenté, qu’accueilli, affirmé dans son étrangeté. » (Diacritik)

Lecture de Liliane Giraudon à l’occasion de l’édition 2018 du festival des Polyphonies organisé par la Maison de la Poésie de Rennes.

Prise de son et mixage Radio Univers.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.