V38853Y-10948698Capture d’écran 2018-10-29 à 23.33.09Pour rappeler que la fraternité n’est pas un vain mot mais une valeur fondamentale de la République.
Et que le recul du droit des étrangers, c’est aussi le recul de nos droits à toutes et tous. Voici ce jour une chronique particulière puisqu’elle vient relayer l’appel à mobilisation du collectif de soutien dolois au jeune Bourama Sy Savane, sous le coup d’une décision de la préfecture d’Ille-et-Vilaine de refus de séjour, assortie d’une Obligation de quitter le territoire Français (OQTF).

Alors qu’il est parfaitement intégré à la vie locale, en vivant légalement depuis 5 ans en France où il y a passé son BEP et son bac, puis en étant employé en CDI dans une entreprise doloise de transport jusqu’à ce que l’arrêté d’expulsion vienne l’interrompre. A lire ici.

En découle ce corollaire crucial: que lui faut-il être de plus face à la dérobade administrative au devoir d’hospitalité, alors qu’il s’est employé depuis ces années à bien faire les choses ?

C’est pourquoi le collectif appelle « à une résistance citoyenne, au nom de la tradition d’accueil de la France, d’autant que Bourama est en train de s’y construire une vie. Seule une mobilisation d’envergure, pour faire annuler une procédure que nous jugeons injuste, pourra permettre à Bourama de rester parmi nous ». Et il invite chacun à rejoindre la pétition contre son expulsion.

Diane Giorgis pour Radio Univers est allée les rencontrer. Entretien.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

D.D

Capture d’écran 2017-10-07 à 20.42.26
ruCe qui a été dit et écrit ici-même autour des migrants