Current track

Title

Artist

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

« Repenser le possible au temps du coronavirus. » N°933

Written by on 25 mars 2020


Nous ne pouvons presque rien faire de ce que nous pouvions faire. Essayons de penser à ce qui va se passer quand nous sortirons à nouveau de la maison, mais faisons-le avec une autre mentalité « .

Stefano Moriggi, philosophe italien – « Repenser le possible au temps du coronavirus », entretien accordé à Radio Popolare, le 23 mars.

Le confinement derrière porte et fenêtre, écrivions-nous ici, sans possibilité d’outrepasser sa situation humanistique, ça donne quoi ? Considérant que toute chose est plus qu’elle-même, le confinement peut alors aussi nous donner à… « Repenser le possible au temps du coronavirus.« 

Comme le conseille le philosophe italien Stefano Moriggi qui vient d’accorder un entretien à la radio italienne Radio Popolare – et dont voici ci-dessous la traduction. Philosophe des sciences, il traite avec une attention particulière de la relation entre l’évolution culturelle et la technologie. Il mène des recherches à l’Université de Milan Bicocca.

Même dans une période d’urgence comme celle que nous vivons ces dernières semaines, explique-t-il, il est nécessaire de trouver la beauté.

Beauté qui, exposée au coronavirus, est si fragile. D’où notre hommage à l’une des légendes du jazz et de la musique du monde, le compositeur et saxophoniste Manu Dibango, emporté hier par une infection respiratoire causée par ce Covid19 – à propos duquel « Repenser le possible au temps du coronavirus« , tout est dit et très bien dit, ici.

Mondialement connu, notamment après l’exploit sensationnel de Soul Makossa, la chanson de 1972 au groove endiablé qui a conquis l’Amérique puis le monde, suite entre autres à son concert géant du Madison Square Garden de New-York – dont le reportage télé m’avait marqué. L’importance de Manu Dibango, loin du cliché de la musique ethnique, est celle d’une poétique cosmopolite et métropolitaine. Celle d’une Afrique qui, sortant du colonialisme, doit se réinventer une identité sans rester prisonnière de la tradition. Précurseur des musiques du monde, Dibango est l’une des figures qui a le mieux symbolisé le monde multiculturel qui émergeait.

De celui-ci, la programmation musicale de Radio Univers en est l’une de ses multiples représentations – quoique rares en radio.

D.D

Radio Popolare : La beauté et la vérité sont une combinaison que vous avez décidé de traverser en y réfléchissant.

Stefano Moriggi: Oui, car trop souvent la beauté et la vérité sont conçues comme des concepts qui racontent simplement de vraies choses ou de belles choses, jamais comme des expériences et jamais comme des questions de sens sur le monde. Cela devrait être fait directement de l’école, à l’université puis en tant que citoyens. La vérité est une expérience qui devrait se faire quotidiennement en appliquant les outils conceptuels et physiques dont nous disposons. Et la beauté aussi. Dostoïevski dit que nous n’avons pas à attendre la beauté comme un miracle qui nous tombe sur la tête, mais nous devons la penser et la produire. La beauté résulte de formes expressives d’une question de sens. Trop souvent, cependant, il est produit et administré dans les écoles, mais pas seulement, comme une série de concepts sur lesquels nous devons nous former et que nous devons mémoriser. C’est une belle et bonne chose si elle a surtout servi à former notre imagination productive, comme Kant l’a définie. C’est la capacité de produire des formes qui donnent un sens à un corps. C’est le grand défi de la beauté: même un moment de crise comme celui-ci est le moment où nous devons revenir à la réflexion.
La crise est le moment privilégié des philosophes. C’est le moment où les coutumes s’arrêtent, le monde semble échapper à ces catégories qui jusqu’à l’instant auparavant semblaient le comprendre parfaitement. La pensée s’impose donc comme un devoir civil. La beauté est ce devoir civil: le devoir de repenser les formes du monde, comment nous voulons y vivre et ce que nous voulons être. C’est aussi la fonction mythopoïétique de l’art: la capacité de penser à une réalité différente de ce que nous avons vécu jusqu’à présent. Pas une image exclusivement historisée, mais la capacité de penser possible.

RP: La beauté doit être recherchée juste au moment où l’obscurité est profonde. Pouvons-nous traduire ce concept en suggestion pour ceux qui nous suivent?

Il est clair que la tragédie du moment que nous vivons, si nous y réfléchissons une seconde, est un moment extrêmement critique. Qu’on le veuille ou non, nos habitudes quotidiennes ont été suspendues. Nous ne pouvons guère faire plus que ce que nous pourrions faire. Essayons de penser à ce qui se passera lorsque nous quitterons la maison, mais faisons-le avec une mentalité différente. Peut-être devrions-nous commencer à ne plus penser avec une mentalité miraculeuse, en attendant que la solution au problème que nous rencontrons arrive. Nous devrons adopter une mentalité de gestion, pas une mentalité de solution: quels citoyens pourrions-nous être? Quelles formes de relations pourrions-nous concevoir dans les métiers, dans la vie quotidienne, dans les amitiés ou dans l’utilisation des technologies et dans les formes expressives de l’art et de la communication? C’est peut-être aussi de notre vie quotidienne que nous pouvons essayer de concevoir de nouvelles formes de sens et de beauté?

RP: En parlant de technologie, vous avez publié «À l’école avec les technologies. Manuel pédagogique augmenté numériquement « et aussi » Parce que la technologie nous rend humains. La viande dans ses réécritures synthétiques et numériques ». C’est une réflexion sur la technologie que vous, Stefano Moriggi, faites depuis un certain temps maintenant.

Je suis convaincu que nous n’agissons pas et ne pensons pas indépendamment des outils avec lesquels nous avons évolué dans l’espace et dans le temps. Et les anciens le savaient très bien, explique Platon en raisonnant sur l’écriture et on peut le faire jusqu’aux technologies numériques. Penser qu’il y a quelque chose que nous appelons un être humain totalement détaché des retombées de l’interaction avec les technologies est une abstraction plus proche de la superstition que de la réalité. Nous sommes maintenant à une époque où les technologies ne sont plus un choix potentiel auquel il peut être renoncé en toute sécurité. Les technologies sont devenues une nécessité pour garantir une certaine continuité de l’enseignement ou une certaine continuité des activités professionnelles.
Moi, avec un cours que je suis en train de suivre avec l’Université de Reggio Emilia, je profite de mon environnement virtuel en faisant le tour des écoles et en accueillant des professeurs de différentes écoles, en surveillant ce qui se passe et comment les technologies se gèrent. L’un des aspects intéressants qui se dégage est que dans cette phase la technologie numérique est perçue, dans le domaine didactique, comme un apprentissage à distance: un enseignement que l’on peut faire à distance et qui est une alternative à la présence. Ce n’est pas le cas. Ces technologies peuvent augmenter quelque chose qui était déjà là, ce sont l’ajout d’outils qui vous permettent de faire plus que ce que vous pourriez faire en présence. Dans cet état d’urgence, cependant, il est perçu comme une forme réduite et équivoque, une alternative à la présence. Cependant, j’espère que lorsque nous aurons l’occasion de retourner physiquement en classe, cette « expérimentation forcée » sera l’occasion et le motif de réflexion pour repenser une esthétique pédagogique différente de celle que nous avons vécue.

RP: Quelles techniques de survie pratiques recommanderiez-vous à nos auditeurs?

Tout dépend des vies que chacun menait auparavant. Par exemple, je prends possession de ma maison. Je suis toujours là, maintenant je découvre ma maison et j’aime ça. C’est une réappropriation de l’espace et, à travers l’espace, des moments de la journée. Ce n’est pas facile car la nature m’amènerait à sortir. Si j’ai vécu comme ça jusqu’à maintenant, c’est parce que, à tort ou à raison, c’était mon style de vie.
Mais je dois dire que j’accueille l’inattendu comme une opportunité de me retrouver et de me retrouver à travers l’espace que je suis contraint de vivre. À l’intérieur de cet espace, il y en a beaucoup, mais aussi mes amis. Dans cette situation, la possibilité d’organiser des connexions numériques nous donne également la possibilité de découvrir à quel point il est important de se rencontrer physiquement. C’est une autre façon de comprendre à quel point nous sommes sociaux. Je ne sais pas si c’est une stratégie de survie, mais je pense que cet imprévu peut être l’occasion de réfléchir et de repenser ce que nous tenions trop pour acquis il y a quelques jours. »


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continue reading