En ce moment

Titre

Artiste

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Le COVID-19 s’est-il échappé d’un laboratoire ? N°999

Écrit par sur 30 juin 2021

C’était le 16 novembre 2019 qu’apparaissait à Wuhan, dans la province de Hubei (en Chine centrale) avant de se propager dans le monde, le coronavirus 2019 ou Covid-19. Et ce jour, le 30 juin 2021 marque en France le retour des rassemblements de plus de 1000 personnes. L’évènement mérite bien de revenir au point d’origine de cette folle histoire. A savoir si l’origine du COVID-19 était naturelle. Ou pas.

Au début de la pandémie, il semblait certain que l’origine du COVID-19 était naturelle. On a parlé de chauves-souris, de pangolins et de débordement. Certains avaient exprimé des doutes, mais ont été qualifiés de conspirationnistes voire complotistes. On a dit que c’était juste une tentative de trouver un coupable, un bouc émissaire. Puis, lentement, les voix se sont diversifiées et la théorie de la fuite de COVID-19 du laboratoire est devenue de plus en plus, disons-le, crédible.

Voici ci-dessous la traduction d’un entretien que vient d’accorder Alina Chan, une biologiste moléculaire spécialisée dans le génie génétique et chercheuse au Broad Institute du MIT et de Harvard, à la radio italienne Radio Popolare. 

D.D

« RP: Qu’est ce qui a changé par rapport à avant ? 

Je pense que ce qui a changé, c’est qu’il est devenu plus sûr pour les scientifiques de parler publiquement de ce sujet. L’une des raisons est la politique, bien sûr. De nombreux scientifiques se trouvent aux États-Unis et je pense que la nouvelle administration a ouvert une porte pour qu’ils puissent en parler sans être dépeints dans les médias comme des conspirationnistes. Autre élément important, une lettre a été publiée dans la revue scientifique Science, signée par 18 scientifiques, dont certains très célèbres et respectés, appelant à une enquête approfondie et indépendante sur les théories d’évasion naturelle et de laboratoire des origines du COVID.

RP: Parmi les 18 signataires de cette lettre qui a – effectivement – quelque peu ouvert la voie à l’investigation et à la recherche sur la théorie du COVID s’échappant du laboratoire figure votre nom. Dr Chan, qu’est-ce qui vous a poussé à signer cette lettre ?

Lorsqu’une délégation de l’OMS a été envoyée en Chine pour enquêter sur l’origine du virus, les scientifiques ont pratiquement exclu la théorie de l’évasion du laboratoire. Privilégiant la théorie de l’origine naturelle ou encore celle d’aliments surgelés importés de Chine qui auraient apporté le virus à Wuhan. Mais lorsque la délégation est rentrée chez elle, le directeur général de l’OMS a lui-même déclaré que, de toute évidence, la théorie de l’évasion du laboratoire n’avait pas été suffisamment étudiée et qu’il était prêt à organiser de nouvelles missions. Lorsque nous avons vu cette déclaration, nous avons pensé : c’est le moment. Nous devons demander une enquête pour savoir exactement ce qui s’est passé et empêcher que cela ne se reproduise. Parce que les réponses à une pandémie naturelle et à une pandémie de laboratoire sont complètement différentes.

RP: Quelles preuves avons-nous actuellement pour soutenir la théorie de l’évasion du COVID du laboratoire ?

Les deux théories n’ont aucune preuve. Et c’est ce qui choque les gens : c’est différent de la première pandémie de SRAS. En effet, l’origine du Sars 1 a été étudiée par les Chinois, sans qu’aucune délégation étrangère ne soit nécessaire. Mais pour Sars 2, nous n’avons rien, aucune preuve d’animaux positifs, contrairement à ce que dit la Chine. Ils n’ont aucune preuve des retombées. C’est pourquoi ils nous disent que ça vient des aliments surgelés, parce que c’est la meilleure estimation qu’ils puissent faire. Alors que pour la théorie du laboratoire, la preuve la plus forte est l’emplacement. Ce laboratoire de Wuhan est le plus important au monde pour la recherche sur les coronavirus, et chaque année, ils se rendent dans le sud de la Chine, dans les grottes où se trouvent les chauves-souris. Ils doivent aller très loin, en rampant à quatre pattes, entourés de milliers de chauves-souris qui volent partout. Ils doivent prélever des échantillons, souvent à mains nues. Donc il y a de fortes chances que ce soit un accident. Certainement pas intentionnel, mais un accident.

RP: Pensez-vous que nous serons en mesure de découvrir la vérité même sans l’aide de la Chine, mais uniquement par le biais de la recherche scientifique ?

Ce serait formidable si la Chine coopérait, mais nous pouvons déjà constater, au vu du travail effectué en Chine par l’OMS, qu’elle n’en a pas l’intention. Ils n’ont même pas donné accès à des données pures ou ne les ont pas aidés à comprendre à quoi ressemblaient les tout premiers cas ou quand exactement le virus est arrivé à Wuhan. Ils n’ont fait aucun effort pour aider le monde à comprendre comment cela a pu arriver. Donc, si la Chine ne coopère pas, nous devons commencer à enquêter en dehors de la Chine. Et plus cette enquête sera internationale et plus elle impliquera de pays, plus elle sera forte et fonctionnelle. Parce qu’il n’y aura plus seulement les États-Unis et le Royaume-Uni contre la Chine. Personne ne veut que cela se reproduise. De nombreux pays ont souffert, et l’Italie en fait partie. Il est donc dans votre intérêt de comprendre ce qui s’est passé et d’éviter que cela ne se reproduise dans trois ou cinq ans.

RP: Ne pensez-vous pas que la polarisation excessive qu’a atteint ce sujet rend difficile de comprendre ce qui est la vérité et ce qui est une fake news ?

Oui, c’est un sujet qui divise beaucoup, comme c’est le cas pour de nombreuses maladies infectieuses. Ce que vous devez faire, à mon avis, c’est de ne pas regarder la masse, mais de regarder les détails et de dépolariser lentement le sujet. Le problème est que certains conspirationnistes affirment que le COVID est une arme biologique créée pour nous détruire tous, ce qui n’aide certainement pas la science. Mais il y a aussi des scientifiques qui ont fait tout leur possible pour dire que toute théorie sur l’évasion du laboratoire doit être considérée comme une conspiration. Voilà, les extrémismes – d’un côté comme de l’autre – empêchent toute enquête honnête et précise. Entre ces deux extrêmes, il y a beaucoup de place pour convenir qu’une enquête est nécessaire. Trouver les origines de Covid19 est très important. Et je veux demander aux gens de ne pas abandonner. Je crois vraiment que nous pouvons découvrir la vérité, mais nous avons besoin de la coopération internationale et, comme je l’ai dit, même si la Chine ne coopère pas, nous avons d’autres moyens de le faire. Mais les gens doivent savoir que ce n’est pas encore terminé, nous pouvons encore faire beaucoup. »

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continuer la lecture