En ce moment

Titre

Artiste

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Les dessous chics de Tafta. N°733

Écrit par sur 27 avril 2016

cible-58d4bLa charge gouvernementale semblerait donc lancée contre le Tafta, Manuel Valls ayant menacé mardi d’abandonner les négociations autour du partenariat transatlantique sur le commerce et l’investissement (Transatlantic trade and investment partnership ou TTIP, ou grand marché transatlantique -GMT, Tafta en anglais).

Au motif que le Tafta « ne pourra pas aboutir s’il n’apporte pas les garanties que le niveau d’exigence que nous avons en France pour la santé et l’environnement de nos concitoyens sera maintenu. »

ttip.paris-et-berlin-attendent-des-avancees-concretesSage position si elle se confirme quant à ses bonnes intentions. Et pour mieux comprendre ce qui se cache derrière ce terme de TAFTA -qui évoque le taffetas soyeux des robes de soirée dans la haute société, le tombé élégant et raffiné de rideaux d’intérieur chic, voire la lingerie chic et glamour-, voici ici-dessous l’entretien que nous a accordé la présidente d’honneur d’Attac France et présidente du conseil du Transnational Institute, l’essayiste franco-américaine Susan George.

Pour elle « le traité TAFTA est une chape de plomb sur les gouvernements ». Et la lame de fond qui risque de tout emporter y compris les fondements de notre démocratie déjà vacillante si le processus de ratification de ce traité n’est pas arrêté avant qu’il ne soit trop tard !

Ce serait l’un des accords de libre-échange et de libéralisation de l’investissement les plus importants jamais conclus, représentant la moitié du PIB mondial et le tiers des échanges commerciaux.

Susan-GeorgeEngagée dans une démarche citoyenne de mise en lumière des méfaits de la mondialisation capitaliste depuis la création de l’OMC, Susan George poursuit ce travail d’éducation populaire dans son dernier ouvrage, les Usurpateurs. Un livre dans lequel elle met au jour le fonctionnement des grands groupes privés.

Cette dame continue ainsi à nous alerter. Comme elle le fit, je m’en souviens, à l’occasion des Nuits atypiques de Langon (Gironde), où s’était tenu un forum d’Attac (Association pour la taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens) pour l’ouverture de ce festival « orienté anti-mondialisation ». Qui, avec ses rythmes métissés, offre une « mondialisation heureuse ». Le Centre culturel était tapissé de coupures de presse évoquant la mort d’un manifestant antimondialiste, lors du G 8 de Gênes, dix jours avant. Environ 200 personnes avaient passé la journée dans un amphithéâtre où régnait une chaleur étouffante. Souvent déjà membres d’Attac, elles étaient là pour affirmer leur opposition à la gestion ultra-libérale du monde. « C’est un système féroce, et aucune souffrance humaine ne le fera changer », avait-elle martelé devant une assistance déjà convaincue. C’était en 2001. Et depuis rien n’est venu contredire cette prédiction. Puisque précisément elle s’est vue confirmée.

Rencontrée dans le cadre du colloque sur le Convivialisme qui s’est tenu à l’Université de Rennes 2 du 26 au 28 octobre 2015, pour cette membre du collectif Stop TAFTA « Le plus urgent, c’est d’abord de rejeter le traité Tafta ».

Car dit-elle cet « accord permettrait que, à chaque fois qu’un État voterait une loi qui pourrait entamer les profits actuels ou même futurs, ces entreprises l’attaquent en justice devant un tribunal d’arbitrage privé pour le faire condamner à payer une forte amende. »(…).

Car, une fois le traité de libre-échange adopté, il s’impose. Si un pays décide de modifier sa législation pour mieux protéger les syndicalistes ou les donneurs d’alerte (voir Procès #LuxLeaks), ou les défenseurs de l’environnement, et qu’une multinationale estime que c’est contraire à ses intérêts, elle pourrait attaquer devant les fameux « tribunaux d’arbitrage », au motif que c’est contraire au traité, qui est au-dessus des lois nationales. Donc stop !

Mais déjà, après le Tafta, voici que s’annonce Tisa.

http://www.radio-univers.com/Podcasts/logosphere/bandes Susan GeorgesSusan George]
D.D


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continuer la lecture