En ce moment

Titre

Artiste

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Claude Le Fustec, « Les raisins de la colère ».

Écrit par sur 4 janvier 2012

La crise du capitalisme qui a lieu aujourd’hui nous ramène évidemment à celui décrit dans le roman de John Steinbeck « Les raisins de la colère« . Le contexte de crise économique et sociale des années 30 aux Etats-Unis y est abordé à travers la situation d’une famille de paysans. Chassés de leurs terres par les banques après qu’une gigantesque tempête de sable ait détruit leur récolte, ils partent avec ce qu’il leurs reste à la recherche d’un travail et d’une situation meilleure.
Cet exode est aussi celui de milliers d’autres familles qui, dans leur errance, subissent l’exploitation de leur misère et l’injustice. A l’origine, destiné à être écrit sous formes d’articles de journaux, cette histoire devint pour Steinbeck l’objet de ce roman « Les raisins de la colère« .
De quoi et en quoi « les Raisins de la colère » nous parle-t-il aujourd’hui ? Pourquoi cette histoire est celle de l’injustice qu’engendre le capitalisme ? Pourquoi la promesse de l’émancipation est-elle ce qui anime ce livre ? Peut-on parler d’humanisme à son propos et dans quel sens ? Ce sont les question que nous avons posées à Claude Le Fustec, maître de conférence à l’université de Rennes 2, enseignante-chercheur en littérature américaine. Nous l’avons rencontrée au lycée Chateaubriand à Rennes.


Les opinions du lecteur
  1. françoise   Sur   3 décembre 2011 à 16 h 12 min

    « – […] Ne te tracasse pas, Tom. Des temps meilleurs viendront.
    -Comment le sais-tu ?
    -J’sais pas comment.
    […] A la lumière des réverbères il regarda sa mère. Son visage était serein et ses yeux avaient une expression étrange, semblable à l’expression d’éternité qu’ont les yeux des statues. Tom leva la main droite et lui toucha l’épaule. Geste instinctif, nécessaire. Puis il retira sa main.
    -J’t’ai jamais entendue causer autant, fit-il.
    -J’ai jamais eu autant de raisons de le faire, dit-elle. »
    John Steinbeck « Les raisins de la colère ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.