En ce moment

Titre

Artiste

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Liberté d’informer: Bretagne, terre sacrifiée ? N°987

Écrit par sur 7 avril 2021

Ces violences cachent une dimension plus inquiétante : certaines personnes ne savent plus comment s’exerce la liberté de la presse et n’acceptent plus d’autre discours que celui de la presse agricole aux mains des grands groupes, donnant une image très positive du monde agricole sans la moindre critique. Beaucoup pensent que les relations avec la presse se résument à commander des articles. »

Morgan Large, journaliste à Radio Kreiz Breizh (RKB), reconnue pour ses enquêtes sur l’agroalimentaire en Bretagne– entretien à Libération, le 05 avril.

 

 

Liberté d’informer: Bretagne, terre sacrifiée ? Un rassemblement important, avec masques et tutti, a eut lieu ce mardi 6 avril à Rostrenen (Côtes-d’Armor), en soutien à la journaliste Morgane Large de Radio Kriez Breizh (radio associative bilingue breton/français) qui fait l’objet de pressions et d’actes d’intimidation loin d’être de simples broutilles.

Celles-ci allant jusqu’au grave sabotage de sa voiture dont les boulons des roues arrière ont été dévissés – elle est particulièrement visée pour son témoignage, carte et crayon en mains pointant béton crasseux et puanteur, sur la politique régionale avicole dans l’enquête télévisée Bretagne, une terre sacrifiée, diffusée sur France 5 en novembre 2020 et vue par plus d’1 million de téléspectateurs. Ainsi que pour sa consoeur allemande venue la rencontrer pour une interview, allant jusqu’à ce que celle-ci se fasse insulter, bousculer et suivre jusque chez elle par un agriculteur.

Ce que révèle cette affaire à caractère maffieux dont sont victimes les deux journalistes – à qui nous apportons tout notre soutien- qui donnent à entendre l’arrière des mots de la com’ que distille complaisamment l’ordinaire de la presse régionale, c’est qu’elle pose plus largement une question qui se fait de plus en plus pressante et substantielle. A savoir, comme nous en prévient Morgane, journaliste au professionnalisme reconnu, immergée de longue date dans le Kriez Breizh, y résidant et connaissant les gens et les rouages – c’est sa force-, que la question est bien celle de la liberté d’informer sur les méfaits de l’agrobuisness en Bretagne. Ce qui n’est pas rien.

On tente d’acheter le silence d’une partie des médias.»

Morgan Large – entretien à Libération.

« J’aimerais qu’il y ait aussi une mobilisation au-delà de la sphère journalistique, que le monde agricole réagisse en se désolidarisant de ces agissements. Mais au-delà même de ces milieux, cette histoire concerne tout le monde car elle touche à la liberté d’informer et à la démocratie. Et nous montre également à quel point ce territoire peut être en souffrance. » dit-elle dans l’entretien.

En souffrance au cœur de la mondialisation. Car la Bretagne est l’une des régions les plus industrialisées du monde (usines à porcs et volailles), au niveau agroalimentaire. Classée championne de France des « fermes-usines ». Aux méfaits désormais connus: remplacement des écosystèmes complexes par des monocultures, déforestation pour accroître les terres arables, contamination durable des sols par les pesticides et intrants, perte de qualité nutritive des aliments, dépendance aux hydrocarbures, contribution significative au réchauffement climatique, fuite en avant de la méthanisation industrielle. Ainsi qu’au regard des conditions d’« élevage », le risque viral de proximité qu’il comporte. S’ajoutent l’impact social chez les ouvriers souvent précaires travaillant en ces lieux et paysans enchaînés à l’impératif du rendement. 

On parlotte, on parlemente. On fait mine de. Le ronron des comptables. Mais surtout faire taire coûte que coûte ces actes de parole sans maître qui introduisent de l’écart vis-à-vis de l’image labellisée qui protège si bien le secret des affaires.

D.D

Ce qui a été dit et écrit ici-même autour de l’ agrobuisness breton. Ainsi qu’autour de la méthanisation.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.