En ce moment

Titre

Artiste

Titre diffusé : 

Background

Lucane le sais-tu ? N°976

Écrit par sur 20 janvier 2021

Dans le confinement du monde, en échangeant nos voeux, Dominique, jardinier de profession, me disait l’autre jour qu’à l’aide de son téléphone portable, il avait l’habitude de photographier les coléoptères de type lucane qu’il voyait pour les identifier une fois rentré chez lui. Avec 2020 dans le rétroviseur, son souhait est de pouvoir en re-photographier puisque dans toutes ses journées de travail de l’année passée, il n’en avait pas repéré un seul. D’où notre étonnement devant ce qui advient de nos relations inter-espèces dans le cadre de la disparition du vivant. D’où cette mutuelle interrogation à la jointure des deux années dont on ne peut minimiser pour nous-mêmes l’importance du danger viral, devenues si énigmatiques si problématiques que les mots manquent pour dire: considérant l’homme fait de la même substance que la nature, c’est un morceau de nature, où en sommes-nous ?

En cette sombre jointure, pour la première fois de l’histoire, c’est triste à dire, mais tout le monde sait que plus rien ni personne ne peut s’estimer à l’abri des facteurs de détérioration ou de destruction: agents atmosphériques, chimiques, climatiques, ou zoonose virale telle qu’elle fut prévisible – lire ici.

Et quand bien même si le prévisible peut changer de mode d’apparition, s’engager dans des voies insoupçonnées, cette fois le jeu de l’espace-temps ne réserve pas de surprises auxquelles nous n’avons pas pensé. A cet instant précis, on peut se laisser guider par un communiqué rendu public le 16 janvier, de l’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Qui avertit le monde que « le changement climatique progresse à un rythme implacable, en détruisant des vies et des moyens de subsistance sur toute notre planète ». L’OMM l’affirme à partir de cinq grandes bases de données et surtout d’observations, confirmées en 2020, l’une des trois années les plus chaudes enregistrées. « Les concentrations des gaz qui retiennent la chaleur dans l’atmosphère continuent de battre des records et la longue durée de vie du dioxyde de carbone, le gaz le plus important, soumet la planète au réchauffement à l’avenir», a expliqué son secrétaire général. Lire ici.

Des données confirmées par ailleurs par les experts de la Nasa: « 2020 a été une année difficile pour la planète, dépassant le record déjà établi en 2016. » 

Ces derniers déclarant ainsi : « Cette année a été un exemple très frappant de ce que c’est de vivre sous certains des effets les plus graves du changement climatique que nous avions prédit. Nous avons fait l’expérience directe de la façon dont la chaleur s’exprime sur notre planète. Les ouragans intenses, les grands incendies et la fonte des glaces que nous avons connus en 2020 sont les conséquences du changement climatique provoqué par l’homme. »

Tous ces chercheurs en concluent que la température moyenne de la planète va probablement augmenter de 5°C.

Et le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres à déclarer, au vu de ces nouveaux chiffres « désespérés » : « Nous nous acheminons vers une catastrophe alors que faire la paix avec la nature est la grande mission de notre siècle. Elle doit être la priorité absolue de chacun partout dans le monde. »

Faut-il encore rappeler que l’Accord de Paris qui date de 2015 considérait que le maximum supportable était de 1,5°C. Voix dissonante dans le concert officiel de l’époque – et dans le suicide collectif qui a cours, lourd de conséquences, perpétuellement fuyant- un livre sorti en 2013 d’un philosophe australien, Clive Hamilton. Présenté comme un livre dont le caractère était résolument catastrophiste, voire apocalyptique. Clive Hamilton, membre alors du conseil australien sur le changement climatique, n’hésitait pas à parler de la fin du monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. » Retour cinq ans en arrière, à lire ici.

Quant aux effets du changement climatique sur la biodiversité, retrouvons Nicolas Dubos, docteur en écologie au Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris – Département Écologie et Gestion de la Biodiversité, à écouter ici.

Où en sommes-nous là où se déroule ce que nous vivons ? Lucane le sais-tu ?

D.D

Ce qui a été dit et écrit ici-même autour du Chaos climatique.

 

 


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continuer la lecture