019-2Je transmets ce message reçu ce dimanche – d’un temps à ne pas foutre un chat dehors, en Normandie comme ici- d’une nouvelle auditrice de Granville : « Merci d’exister  ».

merciCe que ce message délicieux dégage d’existence n’est pas indicible, mais extraordinairement cadré. Car de facto sans auditeurs en ce qui nous concerne, à quoi bon ? Voilà, adressons-nous mutuellement et bien réciproquement merci de cet encouragement, quasi-maternel !

Puis en un second message elle nous pose cette question : « Il y a t’il une possibilité de connaître les titres des morceaux diffusés ? La recherche sur votre site (onglet Liste des morceaux diffusés) s’arrête en 2014 …. Merci !! ».

Désolé de lui répondre comme à beaucoup d’autres, que nous présentons depuis trop longtemps ce vilain défaut technique laissé en plan. Disons que par endroits faits maison, ça traîne les pieds… Recevez nos plus plates excuses -au beau sens de l’expression bien sûr !

Bien, durant les semaines d’hiver passées nous avons ici eu plutôt tendance à battre la campagne. Comme nous le présentions ici-même. En arrivant les mains dans les poches, avec aucune idée sur la question, ou si peu, entre deux courants d’air.

Du coup, nous en récoltons avec bonheur de la parole fluide, de la parole-buée, de la parole intuitive, de la parole méthodique. Des paroles en résonances, ce qui permet d’enregistrer au fil de celles-ci les oscillations d’un tremblement du temps, le tremblement de l’époque.

Des paroles entêtées qui pour certaines fondent une nouvelle éthique sociale, à qui nous adressons à notre tour ce magnifique message: « Merci d’exister ».

C’est pourquoi ce jour l’écrit-chroniqueur fait place à la première vague de ces paroles collectées localement en l’émission Résonances et disponibles sur cette page-ci.

Bonne écoute !

D.D