5 mai = Jour du Dépassement Planétaire si l’humanité vivait comme les Français. Autrement dit, la demande des Français sur les ressources naturelles exigerait la capacité de régénération de 2,9 Terre si tout le monde vivait comme eux. Logement, transport, alimentation = 2/3 de l’Empreinte Écologique de la France. Lire ce rapport.

Et depuis ce 4 mai, l’empreinte écologique de l’humanité excède la biocapacité annuelle de la planète. Puisqu’en quatre mois, nous avons consommé les ressources naturelles de l’année, celles que peut produire notre planète en un an sans compromettre leur renouvellement. En 1970 le « jour du dépassement », ce n’était que le 23 décembre. Maintenant sa date n’a cessé de régresser, le 4 mai, pour cette année.

Le processus d’épuisement des ressources naturelles s’accélère à grande vitesse. Et que faisons-nous ? Rien.

« La grande majorité de la population semble se contenter des loisirs et des gadgets offerts par la société de consommation avec par intermittence quelques réactions ponctuelles et corporatistes, qui ne tirent pas à conséquence. Elle ne nourrit aucun désir collectif, aucun projet à part la sauvegarde du statu quo » écrivait Cornélius Castoriadis (Les carrefours du labyrinthe (Tome 1), Paris Seuil 1989).

ruCe qui a été dit et écrit ici-même autour de la ZAD , du Climat, et de Cornélius Castoriadis.