En ce moment

Titre

Artiste

Titre diffusé : 

Background

Paolo Rumiz, « Le cri de l’ethnicité divise l’Europe. » N°1070

Écrit par sur 9 novembre 2022

S’il vous plaît, ne détournez pas le regard. Ici, on vous demande de lire jusqu’au bout, sans sauter les passages difficiles, de peur que vous ne disiez encore : « Je ne savais pas ».

Paolo Rumiz, ancien reporter de guerre, écrivain et voyageur.

« Le cri de l’ethnicité divise l’Europe. Le déclin de notre Occident a commencé par le déchirement de l’ex-Yougoslavie, aujourd’hui l’histoire de la sauvagerie et de l’indifférence se répète avec la déflagration de l’Ukraine. »

C’est ainsi que Paolo Rumiz attaque sa postface, publiée le 8 novembre 2022 dans le quotidien italien La Stampa, consacrée au livre « Il decimo girone dell’inferno » (Le dixième tour de l’enfer) de l’écrivain et journaliste Rezak Hukanović.

Un livre que son éditeur présente ainsi : « Jusqu’au début de la guerre des Balkans, Prijedor était une ville où musulmans, Croates et Serbes vivaient en paix depuis des siècles. En mai 1992, les milices serbes ont commencé à rafler les résidents musulmans et croates qui ont été confinés dans des camps de concentration et torturés dans le but de les déshumaniser et de les anéantir. Parmi ceux qui ont vécu ce cauchemar figure le poète et journaliste Rezak Hukanović, un survivant, dont le livre-témoignage convaincant relate les crimes contre l’humanité commis par les Serbes dans les camps de détention d’Omarska et de Manjača. Hukanović et ses amis, collègues, parents, voisins ont été soumis à des actes de terreur et de torture, spectateurs impuissants de meurtres horribles. A travers ses yeux incrédules, nous observons, étonnés à notre tour, la civilisation arrachée à l’agresseur et à la victime, et la brutalité la plus aveugle qui défie les conceptions de la dignité et de l’humanité. »

Vous l’avez compris, s’il apparaît précipité de présenter un livre non-paru en France, sa postface est néanmoins un apport crucial pour éclairer nos zones d’ombre, à « Nous, immergés dans une réalité virtuelle « .

Alors d’un geste clair, ouvrons La Stampa à sa page Culture afin que la Chronique puisse faire écho au point de vue de l’ancien grand-reporter de guerre, l’écrivain voyageur triestin Paolo Rumiz, l’un des principaux experts des événements dans la région des Balkans et du Danube.

D.D

« S’il vous plaît, ne détournez pas le regard. Ici, on vous demande de lire jusqu’au bout, sans sauter les parties scabreuses, afin que vous ne disiez pas à nouveau : « Je ne savais pas ». On vous demande de prendre note de la limite où le sadisme des humains peut aller. Pas des bêtes : pire que des bêtes. Aucun animal ne torture et ne tue un de ses congénères pour le plaisir. Ici, à Omarska, en Bosnie-Herzégovine, c’est arrivé. Au cœur de l’Europe, à trois heures de route de l’Italie.

Ce livre est le rapport d’une âme qui a échappé à l’extermination et a porté le fardeau solitaire et bestial de la mémoire. Celle qui vous fait vivre en direct la férocité qui peut se déchaîner chez votre voisin si la propagande ravage son cerveau, si le cri de l’ethnicité le convainc du jour au lendemain que votre patronyme, votre religion et votre culture sont une entité démoniaque, et que la paix qui régnait jusque-là entre vous n’était qu’une trêve, une illusion. La plupart de ces tortionnaires sont en vie et impunis à Omarska et dans ses environs. Il arrive que les victimes rencontrent dans la rue ceux qui ont massacré leur fils, leur père, leur femme.

La vie continue, comme si de rien n’était, dans une paix sans justice voulue par l’Occident, dans un éloignement général qui peut relancer le conflit à tout moment. Une paix sans monuments commémoratifs. Sans institutions qui s’excusent. Oh oui, des deux instigateurs suprêmes, l’un – Miloševi ? – est mort en prison, l’autre – Karadži ? – restera là pour toujours, mais qu’on ne demande pas à la justice plus qu’un bouc émissaire.

Oblivion et chloroforme sur les blessures de la guerre. Personne n’a envie de se souvenir, ni dans la Republika Srpska de Bosnie ni ailleurs. Même les victimes n’ont plus la force. Sans parler de nous, qui sommes nés dans la « bonne » partie de l’Europe. Nous, qui supposons que nous sommes différents (« eux les barbares, nous les civils ») et qui avons au contraire joué un rôle décisif dans tout cela. Nous, qui avons perdu notre innocence en acceptant des belligérants l’idée que la séparation ethnique pouvait apporter la paix.

Essayez une rupture nette entre une paire de mains fraternelles entrelacées. Du sang va en couler. C’est ce qui s’est passé dans les endroits où les Serbes, les Croates et les Bosniaques étaient le plus liés. Un monde yougoslave de mariages mixtes, de classes moyennes émergentes, laïques et profondément européennes. Son démantèlement, avec nos propositions de « cantonisation », n’a fait qu’encourager la barbarie du nettoyage ethnique au lieu de l’arrêter. Et elle a ébranlé les fondements mêmes d’une Europe plurielle.

Tout a commencé à ce moment-là. La division de la Bosnie a poussé le Kosovo à la sécession de la Serbie, un exemple qui a autorisé la séparation du Donbass, provoquant la guerre en Ukraine qui, comme un boomerang, nous tombe dessus en déchirant le tissu de notre patrie européenne d’une larme purulente qui nous amène au bord d’un troisième conflit mondial. C’est pourquoi, aujourd’hui, l’Union aux yeux brillants est silencieuse, marchant presque près des murs, à un moment où elle devrait jouer un rôle de premier plan. Elle est silencieuse parce qu’elle s’est reniée dans les années 1990.

Notre communauté est une communauté qui, ayant renoncé aux principes, s’est réduite à la protection des seuls intérêts. Mais même les intérêts, s’ils ne sont pas soutenus par des principes, perdent leur sens et leur vigueur. Avec le résultat qu’aujourd’hui l’Occident européen ne sait même pas comment protéger ses propres intérêts, s’il est vrai qu’il laisse la Russie et l’Amérique se battre sur son territoire, déléguant ignominieusement l’initiative d’une éventuelle médiation à des autocraties étrangères comme la Chine et la Turquie. Un coucher de soleil annoncé. Une décadence qui a commencé il y a des décennies en Yougoslavie.

Nous, immergés dans une réalité virtuelle, nous sommes incapables de nous rendre compte que le pays de la démocratie, des droits, de la philosophie et du bien-être est attaqué et qu’il finit par se balkaniser, avec l’Angleterre hors jeu, la France coupée en deux, l’Italie en chute libre comme prestige et l’Allemagne qui a peur de sa propre ombre. Nous ne comprenons pas que, pour éviter de devenir une colonie des autres, le moment est précisément venu de faire le saut courageux vers une politique étrangère et de défense commune. Nous restons abasourdis, somnambules, comme à la veille de la Grande Guerre. Nous passons de l’indifférence à l’insomnie, de l’happy hour à la vision effrayante d’un champignon nucléaire.

Face à des signes indéniables de crise – conflits, réchauffement climatique, inflation, épidémies mondiales et migrations de masse – nous persistons à croire que nos vies peuvent continuer de la même manière. L’Afrique, l’Amérique du Sud et l’Asie ont compris depuis longtemps les horizons vers lesquels le monde se dirige en termes d’exploitation de l’humanité. Nous ne l’avons pas fait. Les leçons des dernières catastrophes n’ont pas aidé. Nous sommes aplatis par une pensée unique – atlantique, bipolaire et manichéenne – et nous renonçons à proclamer et à défendre notre diversité millénaire de la Terre du Milieu.

Sans se souvenir de ce qui s’est passé hier, et surtout sans se souvenir de ce que nous avons fait semblant de ne pas voir dans les Balkans, nous, Européens, cesserons de vivre l’altérité et les différences comme une ressource et nous serons nous aussi victimes de la logique des antagonismes. Bref, nous prendrons nous aussi le raccourci tribal de l’ethno-nationalisme, qui nous conduira, comme toujours, à nous définir négativement, en antagonisme avec quelqu’un, et non plus par rapport au rêve qui nous a donné naissance. Un choix dangereux, annonciateur de nouveaux conflits en chaîne. Pour se définir, il ne suffit pas de comprendre contre qui nous sommes. Nous devons savoir d’où nous venons et ce que nous voulons.

En Yougoslavie, la dissolution violente a commencé par l’incendie d’un territoire tampon historique appelé Krajina, c’est-à-dire « frontière ». Aujourd’hui, l’histoire se répète avec la déflagration de l’Ukraine, dont le nom a exactement la même signification. Ça doit vouloir dire quelque chose. Mais l’histoire n’enseigne rien, pas même aux responsables de la sécurité mondiale. Qui ne réfléchissent pas au fait que l’Amérique a deux océans pour se protéger. Nous, Européens, ne le faisons pas. Du côté de la steppe, nous n’avons que quelques espaces neutres, et c’est précisément de ces espaces que nous nous privons, l’OTAN  » protégeant  » désormais aussi la Suède et la Finlande.

Tout comme à l’époque : Moscou veut désukrainiser l’Ukraine et Kiev veut la dé-russifier. Une photocopie de ce qui s’est passé entre Belgrade et Zagreb. Deux nettoyages ethniques opposés qui produiront plus de sang, de misère, de malheur et de migrations au cœur du continent pour le jeu hégémonique de deux superpuissances et pour la paresse honteuse de l’Union. Comme Auschwitz, Omarska peut toujours revenir. »

Ce qui a été dit et écrit ici-même autour de Paolo Rumiz. Ainsi qu’autour de l’ Europe.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.