En ce moment

Titre

Artiste

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Le jeune visage de Nathalie Lemel. N°731

Écrit par sur 13 avril 2016

fresque-denning-shoof-18Voici une riche idée: ce visage en gros plan.109917881 Une fresque monumentale représentant « Nathalie Lemel, féministe et communarde bretonne ». Qui vient ainsi d’être réalisée à Brest par deux stars du Street Art : l’Anglais Guy Denning et le Tunisien Shoof.

Ceci sur les murs de l’association « La Cafèt d’Ahmed », située au 3 rue Sisley, dont l’objet est de promouvoir l’intégration et l’amitié des hommes et femmes vivant dans le quartier de Pontanézen.

Ponta étant un des endroits « chauds » de Brest, de ce que l’Insee nomme « le quartier le plus pauvre de Bretagne »… Mais ces derniers mois, on en a surtout parlé pour son imam tendance fondamentaliste qui, suite à un traitement médiatique et politique digne d’une affaire d’Etat -lire ici-, avait focalisé l’attention nationale. Recouvrant ainsi abusivement d’un voile islamique BFMisé ce quartier de Pontanézen (de la taille d’un chef-lieu, 4 000 habitants) qui, sans tonnerre ni tempête, est devenu un composant du nouveau quartier de l’Europe, fierté de cette ville.

Décédée à 94 ans, la trop méconnue Nathalie Lemel (Brest 1827 – Ivry-sur-Seine 1921) est une militante des droits des femmes et des travailleurs en général. Elle fut l’un des membres les plus actifs et les plus héroïques de la Commune de Paris. Ce petit bout de femme, une puce qui mesurait 1 mètre 49, voua sa vie à la révolution, dans un esprit anarchiste. Elle a été déportée au bagne de Nouvelle-Calédonie avec Louise Michel.

109918338nathalie_2-2-b067a

« J’ai longuement regardé le visage de Nathalie Lemel, en versions jeune et âgée, sur les deux seules photos qui nous sont parvenues », raconte le street-artiste originaire de Bristol, installé en terre bretonne.

Guy Denning se sent « en accord total », avec celle dont il vient de réaliser le portrait.

Ainsi poursuit-il : « Cette femme a toujours mis ses idées en action. Ses convictions ne restaient pas juste dans sa tête, elle se battait pour les défendre, sans crainte d’en mourir. À l’opposé complet des politiciens d’aujourd’hui… Ce genre de personne donne tout son sens au mot « vivre ». Sa vie a un parfum d’absolu. Nathalie Lemel est, pour moi, l’incarnation d’un idéal féminin politique. » shoof2-2

La réalisation en mars dernier de cette oeuvre graphique coïncidait avec la résidence (vidéo ci-dessous) à Brest de la dessinatrice Laëtitia Rouxel, autour de son ouvrage de bande dessinée sur le personnage de cette ouvrière relieuse brestoise qui fut ainsi décrite dans un rapport de police : « Elle s’était fait remarquer par son exaltation, elle s’occupait de politique ; dans les ateliers elle lisait à haute voix les mauvais journaux. Elle fréquentait assidûment les clubs. » Pour en savoir plus, retour à cette Chronique précédente.

Saluons haut ces initiatives. Car tout rappel historique de cette nature sur cet événement mondialement connu de la Commune fait ressortir de l’ombre dans lequel en son pays même elle a été volontairement maintenue, l’une des grandes dates de l’histoire politique française (Voir Kristin Ross). En somme, voici un jeune visage susceptible, qui sait, de susciter quelques suites à donner…

Moins connu encore est celui de Jean-Louis Pindy, autre personnage de la Commune. L’un des cinq adhérents que comptait à Paris le groupe révolutionnaire de Brest, avec son initiateur, Constant Ledoré. Quand la Commune fut sur le point de succomber au terme de la Semaine sanglante (de 20 000 à 30 000 partisans de la commune sont exécutés, dont 3500 sans jugement), Pindy en qualité de Gouverneur de l’établissement, fit mettre le feu à l’Hôtel de Ville. Exilé en Suisse, par contumace, il fut condamné à la peine de mort. Deux rues, à Rennes et Morlaix, portent son nom.

D.D

ruCe qui s’est écrit et dit ici-même autour de… La Commune.


Les opinions du lecteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.