En ce moment

Titre

Artiste

Titre diffusé : 

Background

Paolo Rumiz, « Requiem pour l’Europe, un continent coincé entre deux mondes. » N°1044

Écrit par sur 11 mai 2022

Je ne te reconnais plus, Europe. Ta féminité a rétréci, ton utérus est stérile. Ton peuple s’ennuie de la paix et se laisse gouverner par la peur depuis vingt ans. D’abord l’Islam, puis le terrorisme, puis l’invasion des migrants, puis la peste virale. Maintenant, l’Ukraine. »

Paolo Rumiz, écrivain – « Requiem pour l’Europe, un continent coincé entre deux mondes. », paru dans La Repubblica le 06 mai 2022.

Pour titrer son article paru dans le grand journal italien La Repubblica le 6 mai dernier, Paolo Rumiz, ardent combattant contre les nationalismes, emploie le mot fort de Requiem. C’est-à-dire de disparition. Et, du même coup, pointe d’où vient le danger :

Le vrai danger vient de nous. D’une balkanisation dans laquelle chaque pays consomme déjà son Brexit. »

Paolo Rumiz, écrivain – « Requiem pour l’Europe, un continent coincé entre deux mondes. », paru dans La Repubblica le 06 mai 2022.

Parce que c’est de l’Europe dont il est question. Loin des va-t-en guerre maléfiques et la lassitude vaporeuse à l’arrivée des beaux jours, la Chronique d’ici-même choisit de relayer le diagnostic de ce « météorologue de l’âme et de l’esprit du coeur de l’Europe ».

Parce que c’est de l’Europe réelle, physique et humaine, dont il est question. Pas celle de ceux qui « considèrent la guerre comme un jeu vidéo et la troisième guerre mondiale comme une chose lointaine ».  Ses mots me remettent en mémoire les perceptions et les espoirs que j’avais eu d’elle et de ce qu’elle représentait, en sillonnant au ralenti, dans les années 80, cette région des Balkans peu de temps avant son éclatement, et usé des plaquettes de frein, dans les années 90/2000, sur les routes cabossées des Carpates, en Transylvanie, qui longent les frontières ukrainienne, roumaine et moldave. De ces montagnes, Paolo Rumiz en parle ainsi : «Les Carpates: les dernières montagnes avant les fleuves vagabonds et les lunes démesurées de l’Est. Le gel des hivers sans abri, la terreur du galop des cosaques et des armées du tsar. […] Dans la région, les morts sont deux fois plus nombreux que les vivants. » (Comme des chevaux qui dorment debout ). C’est-à-dire non loin d’où est en train de se jouer le sort de l’Europe.

Je rappelle que, dans ces années-là, des frontières existaient et que, pour une part, ce fut un événement touchant de les voir disparaître l’une après l’autre. Puis, l’inverse est survenu dans les Balkans, où les communautés de ce pays attachant se sont déchirées, y compris en haines intrafamiliales, emportées dans des délires nationalistes avec ses charniers, et le poison du déni qui s’est infiltré partout dans l’ex-Yougoslavie, et au-delà, le tout préparant le terrain pour de futurs conflits armés… Nous y sommes ! En qualité d’ancien-reporter de cette guerre (1991-2001), Paolo Rumiz sait mieux que d’autres tirer, en ces frontières de l’Europe, des éléments d’appréciation de l’analyse de stigmates.

Ainsi par ces mots « Je ne te reconnais plus, Europe. Ta féminité a rétréci, ton utérus est stérile« , il nous fait signe que la désillusion s’installe car l’état d’âme de celle-ci n’est plus celle « d’où est née l’Idée, comme par miracle », de la rencontre, du confluent, de l’alliage, des corps mêlés… Bref, qui « n’est plus celle de Bella ciao « . C’est pourquoi, cette Chronique-ci propose à la lecture : « Requiem pour l’Europe, un continent coincé entre deux mondes.« 

Sur la guerre au-delà de la guerre, pour dissiper le brouillage, le brouillard, « Le vrai danger vient de nous. D’une balkanisation dans laquelle chaque pays consomme déjà son Brexit. » alerte donc l’écrivain-reporter qui lit les destins de l’Europe sur « la bande de terre située entre les Balkans et la Baltique », loin des palais de verre et d’acier de Bruxelles.

Paolo Rumiz, dont la présence très éclairante est négligemment absente de la programmation de l’édition à venir du Festival Etonnants Voyageurs de Saint-Maloau cours duquel, en 2015, il reçut le prix Nicolas Bouvier, voir ici. L’élan vers le monde, tel que nous le gratifiait Michel Le Bris en résonances avec l’actualité, s’est-il dissout si vite ?

D.D

« Pendant une nuit, j’arrête d’écouter l’omniprésent Zelensky et je me concentre sur la télévision russe et américaine. Et là vient la surprise. Le spectacle d’une dictature et d’une démocratie également fermées dans une bulle hors du réel. Voici Dmitry Kiseliov, demi-figure du régime, qui grogne à « frapper l’angleterre avec des armes nucléaires », repris par un peuple rancunier, inconscient de la réalité du terrain, qui voit l’Occident comme la source de ses maux et crie « bombarder la Pologne et l’Allemagne ». Ensuite, voici Rachel Maddow ,la présentatrice de MDNBC  tellement folle qu’elle fait passer Biden pour un lâche. Celui qui exige que la Russie soit frappée plus durement, et maintenant. Tout autour, un pays drapeau jaune -bleu, bombardé par les faiseurs d’opinion, mais qui ne sait même pas où se trouve Kiev, pense que l’Ukraine est un pays super-démocratique et s’étonne si vous lui expliquez que, jusqu’à hier, les États-Unis la jugeaient corrompue et indigne de confiance.

Malgré ces différences abyssales, les similitudes sont surprenantes. Les deux antagonistes considèrent la guerre comme un jeu vidéo et la troisième guerre mondiale comme une chose lointaine. mais surtout ni l’un ni l’autre ne semblent se souvenir qu’entre les deux puissances il y a quelque chose qui s’appelle l’Europe, entendue au mieux comme une proéminence de l’Amérique. Peut-être qu’ils ne le font jamais remarqué : et je les comprends. Comment remarquer un pays qui n’a ni sa propre politique étrangère, ni sa propre armée, et qui reste cloué à l’enjeu, entre les stratégies de Washington et l’approvisionnement en gaz du Kremlin ? Une alliance incapable d’agir de manière autonome, forte et unie ?

Et là, pour la première fois, j’ai ressenti le risque que l’Europe unie disparaisse réellement, ou ait déjà disparu, coincée entre deux mondes jouant à la guerre en ignorant sa présence, en proie à un somnambulisme stupide comme en 1914, quand elle plongeait dans l’abîme. Une perception physique. Comme si vous deviez soudain avouer la fin d’une idée. Comme si, après avoir écrit une « Canta » pour elle, la déesse-mère qui est à l’origine de notre lignée, je devais aujourd’hui lui dédier un « Requiem« . Une épitaphe, où il ne reste plus qu’à se consoler avec la nostalgie des pères fondateurs, qui en 1945 ont conçu le Rêve sur ses ruines.

Je repense à la façon dont, avant la Grande Guerre, les anciens empires ont su transformer l’ancienne ligne de faille entre la mer Baltique et la mer Noire en espaces tampons, afin d’éviter le choc entre les deux Europes. Et comment nous, au contraire, les avons fait démanteler, à commencer par la Yougoslavie, terre plurielle où le désastre a eu pour déclencheur -regardez-le – la révolte d’une Krajina, mot qui, comme « Ukraine », signifie « frontière ». Mais l’histoire n’apprend rien. L’Amérique a deux océans pour protéger sa sécurité. Nous n’avons pas. Nous n’avons qu’une lacune d’espaces neutres, et c’est précisément de cet espace dont nous nous privons, l’OTAN va « protéger » désormais également la Suède et la Finlande.

Comme je t’ai cherché, Europe, dans la nostalgie des réfugiés dalmates, dans les berceuses allemandes de grand-mère, dans la frontière à notre porte et dans l’intimité quotidienne avec le monde slave ! Adulte, je t’ai poursuivi du Liban jusqu’à la mer Égée à la recherche de ton mythe ; Je t’ai fait voyager de l’Arctique à Odessa, de Trieste à Kiev et Moscou, et de Berlin à Istanbul dans des trains d’hiver.

J’ai regardé des Carpates la plaine où le soleil arrive de l’Oural, je t’ai suivi sur le Danube, le Niémen et le Guadalquivir. De l’Irlande au Mont Athos, j’ai frappé aux monastères qui vous ont sauvés de la dévastation barbare. J’ai déployé ton drapeau, je t’ai dédié des livres. Je t’ai raconté dans un orchestre symphonique à de jeunes gens merveilleux. Tous vos enfants, de l’Espagne à la Russie.

Existes-tu encore, Europe ? Je ne te trouve plus, toi qui est mon essence, ma foi mais aussi mon infini découragement ; sédiment de millénaires, de langues, de religions, de cauchemars, d’espoirs et des convulsions, d’où est née l’Idée, comme par miracle. Ton silence est assourdissant. Je te lis comme un corps inerte, brisé et subordonné. Une alliance incapable de voir grand, obsédée par la sécurité, crucifiée par les barbelés, oublieuse des guerres qui ont déchiré ta chair.

Presque personne ne se lève au son de ton hymne. Tu génères des bâillements. Tu es une ruine dans le vent, comme un amphithéâtre romain ou une synagogue vide. Quoi qu’il arrive, l’Union étoilé sortira en miettes, en proie à une récession très dure, réduite à une pure essence stratégique, avec les derniers entrants dans l’UE – les anciens communistes du Pacte de Varsovie – autorisés à nous imposer une ligne guerrière, non pas « pour » l’Ukraine, mais « contre » la Russie. La fin d’un monde, celui auquel nous croyions.

Les frontières et les périphéries sont de formidables capteurs des grands événements mondiaux. Les habitants de mon village entre l’Italie et la Slovénie ont déjà tout compris. Ils plantent plus de pommes de terre et de carottes que d’habitude, labourent rageusement des champs oubliés depuis des années et érigent d’immenses bûchers pour l’hiver prochain parmi les pommiers en fleurs. Ils essaient de retrouver leur autonomie perdue. L’un d’eux, me voyant passer, a crié : « Italien, prépare-toi ! Ne vois-tu pas à quel point le ciel s’est obscurci ? ». Les paysans se préparent, tandis qu’en ville, les gens parlent. Passent de l’indifférence à l’insomnie, de l’apéro du soir à la vision effrayante d’un champignon nucléaire.

Mais le véritable danger ne vient pas de l’extérieur. Il nous vient d’une balkanisation dans laquelle chaque pays européen consomme déjà son Brexit, son divorce personnel d’avec Toi. L’UE dépense déjà quatre fois plus que la Russie en armements, mais c’est un nain stratégique. Elle ne dispose pas de sa propre armée et de sa propre politique étrangère. Avoir une armée avec un drapeau bleu étoilé ne serait pas une dépense, mais une économie. Nous, en revanche, avons choisi de dépenser plus, et sans ordre particulier. Le résultat ? Nous implorons sans vergogne l’aide des pays non démocratiques pour trouver des solutions. Au lieu de faire un bond en avant, nous nous laissons dicter notre conduite par ceux qui, il y a un an, ont choisi de se démobiliser d’Afghanistan sans même avoir la courtoisie de nous prévenir.

Posons-nous une fois pour toutes la question : notre alliance est-elle fondée sur des valeurs ou des intérêts ? Sur un projet de vie ou un antagonisme armé ? A-t-on favorisé la sécession du Kosovo au nom de la liberté ou pour placer une base militaire au cœur d’un État russophile comme la Serbie ? Est-on conscient du potentiel épidémique de ce choix, qui autorise aujourd’hui Moscou à revendiquer le Donbass ? Et encore : sommes-nous sûrs d’envoyer des armes à l’Ukraine pour son indépendance, si jusqu’à hier nous les vendions à la Russie ? Sur quel principe universel repose l’accueil des réfugiés ukrainiens, si des millions d’autres réfugiés sont violemment repoussés ou laissés à pourrir dans des goulags grecs et turcs ?

À l’heure où j’écris, l’Océan Viking, avec 295 naufragés à bord, attend depuis onze jours l’autorisation d’accoster, en pleine urgence sanitaire, avec son pont encombré de corps et de vomissures. Entre-temps, à ma frontière, les réfugiés ukrainiens peuvent passer librement, sans l’obligation d’être mis en quarantaine pour Covid, ce qui est au contraire exigé des Africains même si le test est négatif. N’avons-nous pas honte d’une inégalité de traitement aussi flagrante ? Et ne peut-on pas imaginer quelles tensions sociales pourrait déclencher la présence de migrants ukrainiens, que l’on fait se sentir comme des citoyens de seconde zone et qui demain pourraient même passer de mode ?

Je ne te reconnais plus, Europe. Ta féminité a rétréci, ton utérus est stérile. Ton peuple s’ennuie de la paix et se laisse gouverner par la peur depuis vingt ans. D’abord l’Islam, puis le terrorisme, puis l’invasion des migrants, puis la peste virale. Maintenant, l’Ukraine. Une succession d’urgences monothématiques qui nous submergent émotionnellement, mais nous laissent inertes, exposés à des réveils soudains comme quelqu’un qui a trop dormi. Une névrose de l’information qui devient une amnésie totale, et qui semble être conçue pour nous empêcher de lire la réalité d’une guerre mondiale pour l’accaparement des ressources. Qui se poursuit sans relâche, masquée par des euphémismes.

J’ai rencontré des réfugiés ukrainiens. Des mères désespérées mais fières. Certains d’entre eux étaient réticents à me remercier pour l’aide qu’ils avaient reçue et m’ont fait comprendre que c’était plutôt à moi de les remercier, car leurs hommes risquaient leur vie pour moi, « pour défendre l’Europe ». Au début, j’étais offensé. Mais quelque chose m’a averti qu’il y avait une part de raison chez ces femmes. Ce quelque chose dit : admets-le, tu es le fils d’une terre indifférente, qui n’est plus celle de Bella ciao et qui ne se bat plus pour la liberté de personne. La catastrophe ukrainienne m’a piqué au vif. Cela m’a rappelé l’absence d’un « nous », d’un symbole qui me faisait me sentir fort. D’un beau drapeau dans la tempête. Le signe d’une appartenance commune des peuples, enfants d’une même patrie. »

Paolo Rumiz, écrivain – « Requiem pour l’Europe, un continent coincé entre deux mondes. », paru dans La Repubblica le 06 mai 2022.

Ce qui a été dit et écrit ici-même autour de Paolo Rumiz. Ainsi qu’autour de la guerre en Ukraine. Et du Festival Etonnants Voyageurs.


Les opinions du lecteur
  1. Françoise   Sur   13 mai 2022 à 11 h 39 min

    Et de Paolo Rumiz encore, dans La légende des montagnes qui naviguent

     » Aujourd’hui que mon voyage est fini, je sais que derrière chaque inondation, chaque sécheresse, chaque situation d’urgence climatique, il n’y a pas seulement l’effet de serre, mais la guerre systématique que le pouvoir livre aux régions les plus vitales, celles qui sont capables de maintenir en vie le territoire et d’empêcher sa dévastation finale. »

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.