Current track

Title

Artist

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Jean Ziegler, »Les gens vivent ici comme des animaux ».

Written by on 11 février 2020


Ci-dessous un entretien de Jean Ziegler, à l’occasion de la sortie de son livre “Lesbos: la honte de l’Europe”. Il est l’un des critiques les plus célèbres de la mondialisation. Dans cette interview à la revue en ligne Zeit, il parle de ses expériences au « hot spot » de Moria en Grèce, qui sert de camp de réfugiés pour les migrants à la frontière extérieure européenne.

ZEIT ONLINE: M. Ziegler, avez-vous voyagé au camp de réfugiés de Moria sur l’île grecque de Lesbos?

Jean Ziegler: Je suis ici en tant que vice-président du comité d’experts conseillant le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Il s’agit de l’un des organes les plus importants des Nations Unies, il passe en revue la politique des droits de l’homme des 193 États membres. Sur Lesbos, je prépare une résolution sur les soi-disant hotspots; les camps où l’Union européenne garde des réfugiés et les soumet à une procédure d’asile rapide.

ZEIT ONLINE: Quelle situation avez-vous trouvée à Moria?

Ziegler: Terrible. Assez terrible! Le camp est situé dans une ancienne caserne où est peuplé 5 000 personnes. C’est pourquoi il y a des camps non officiels tout autour des oliveraies. Des familles de Syrie ou d’Afghanistan ont bricolé des structures de protection de fortune faites de branches et de plastique. Au milieu de l’Europe, ils vivent dans des huttes comme on les appelle au Bangladesh ou dans les bidonvilles du Honduras. 35% des résidents sont des enfants de moins de 10 ans.

ZEIT ONLINE: Quelles conséquences a la détresse dans le camp?

Ziegler: Ici, 100 personnes doivent partager une douche et des toilettes. Il est souvent bouché, sale, les excréments qui traînent. Il n’y a pas d’eau chaude, pas d’école et seulement deux médecins – pour 5 000 personnes! La nourriture que les entreprises de restauration fournissent au nom du gouvernement est souvent non comestible. De plus, la sécurité n’est pas garantie, bien que la police grecque soit sur place. Beaucoup de femmes n’osent pas aller aux toilettes la nuit à cause du viol. Avec tout cela, j’ai d’abord décrit la condition physique. La misère psychologique est encore ajoutée.

ZEIT ONLINE: Qu’avez-vous appris à ce sujet?

Ziegler: Les gens ici ont souvent de terribles expériences derrière eux. Bombardement, torture, naufrage sur la Méditerranée. Maintenant, ils sont assis ici en prison, entourés de barbelés, et ils ne savent pas à quoi s’attendre. J’ai parlé à un jeune Afghan qui vit avec sa famille à Lesbos depuis février. Son premier rendez-vous avec l’Asylprüfungsbehörde a été annoncé pour le 14 juin 2020. Les procédures sont retardées, et ce ne sont pas les juges grecs qui exercent le véritable pouvoir sur le sort de ces personnes.

ZEIT ONLINE: Qui d’autre?

Ziegler: La première enquête sera réalisée par des fonctionnaires du Bureau européen d’appui en matière d’asile, EASO. Cela ne prend souvent que 15 minutes par personne, selon les spécifications de l’ordinateur, tak tak tak. Mais comment une personne traumatisée devrait-elle rapporter des expériences telles que la torture, le viol ou la persécution en si peu de temps? Pour en parler, il faut du temps et un contact personnel doit se développer. Si ces personnes n’ont pas la possibilité de s’expliquer, les dossiers sur la base desquels les autorités et les tribunaux grecs jugent sont programmés pour rejet.

ZEIT ONLINE: L’EASO n’est pas autorisé à décider par lui-même, les autorités nationales le font.

Ziegler: Mais le premier sondage marque le processus. Le droit universel à l’asile est miné par des futilités administratives. Dès 2017, les avocats de l’organisation non gouvernementale du Centre européen pour les droits constitutionnels et les droits de l’homme (CEDH) se sont plaints auprès du Médiateur européen de toutes les allégations que je soulève. Dans sa réponse, le Médiateur européen a déclaré que les actions de l’EASO suscitent de sérieuses inquiétudes – mais l’affaire a été classée et l’enquête a été close.

ZEIT ONLINE: Qui devrait être renvoyé, mais peut toujours faire appel?

Ziegler: Bien sûr, la Grèce est un État constitutionnel. Mais les juges se réunissent à Athènes. Ils ne voient même pas les demandeurs d’asile. J’exprime mon admiration aux organisations non gouvernementales telles que Pro Asyl ou Medico International, qui, avec de jeunes avocats grecs, tentent de faire respecter les objections à Athènes. Ils font le travail de Sisyphe.

ZEIT ONLINE: l’UE blâme le gouvernement grec pour toutes ces conditions. Ils reçoivent des milliards, mais ni l’approvisionnement ni le travail administratif. Serais-tu d’accord avec ça?

Ziegler: Apparemment, des millions de dollars sont alloués pour nourrir les réfugiés, et l’efficacité organisationnelle fait défaut partout. Par exemple, le Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés peut fournir des tentes d’urgence. Cependant, le gouvernement grec ne les a pas demandés, donc les gens doivent continuer à vivre dans leurs maisons en plastique. Personne ne comprend cela ici. Peut-être y a-t-il également une pression européenne derrière ces décisions. Les dirigeants concrets de Bruxelles espèrent que de terribles images des camps arrêteront les gens. Ce n’est pas seulement inhumain, mais aussi irréaliste.

Notre entretien avec Jean Ziegler, à ré-écouter ici.


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


Continue reading