a meddebEn février 2011, la « révolution du jasmin » en Tunisie a fait chuter le dictateur Ben Ali, et a marqué le début de la séquence historique dite du « Printemps arabe ». Aujourd’hui, le pays est fortement secoué par des troubles sociaux. Vu de France, comment expliquer cette nouvelle contestation sociale ?

Remise en perspective historique avec cet entretien que nous avait accordé en 2011, Abdelwahab Meddeb – mort le 5 novembre 2014-, poète, islamologue, essayiste et romancier.

Son dernier livre (autour de la révolution tunisienne) était intitulé Printemps de Tunis, la métamorphose de l’Histoire.

« Il y a tout un travail pour rappeler, informer sur ce qu’il en est des événements tunisiens, qui sont conceptuellement, linguistiquement très proches du référent français » nous disait-il, choqué alors par la non-réaction française qui « renvoyait cet événement à quelque chose de lointain, alors qu’il est très proche ». C’est pourquoi il nous paraît bien utile en ces heures-ci que cela soit rappelé.

A écouter ici.