Annibal-2©emma-barthereSensibles à ce précieux rappel d’Emma (à lire ici), comme à beaucoup d’autres: « Il y a t’il une possibilité de connaître les titres des morceaux diffusés ? La recherche sur votre site (onglet Liste des morceaux diffusés) s’arrête en 2014 …. Merci !! ».

Qu’elle complétait d’ailleurs par ce délicieux commentaire (à lire ici): « … Elle a un nom, oui : Radio Univers 99.9 FM. Retenez ces trois chiffres – trois fois le nombre de l’harmonie. »

Suivi d’un autre rappel insistant: Capture d’écran 2017-11-29 à 10.33.55Capture d’écran 2017-11-24 à 10.38.54

Voilà qui tombe bien, nous sommes heureux de répondre à toutes et tous que ce vilain défaut technique laissé en plan, est désormais corrigé – voir ici.

Pareil pour la mise à jour de notre grille de programmes accessible en 1ère page -voir .

Merci d’avoir tant attendu sans trop nous en vouloir !

Sans hâte ni inquiétude, le travail est fait! Ainsi après avoir inscrit date et heure pour la requête, les titres des morceaux diffusés s’afficheront comme des fagots de petits bois empilés.

Bon, ce faisant espérons mieux. A savoir que ce « donner à voir » pourrait susciter chez un poète adepte des listes poétiques comme l’est Bernard Bretonnière par exemple (à écouter ici), un intérêt pour l’énoncé de ces moments radiodiffusés en fouinant sur ce serveur.

Et de recherche en recherche, à la recherche de vous savez quoi et qu’on ignore ici, peut être que l’outil informatique servira à quelques glaneurs avisés comme on glane les châtaignes. Ou à quelques chercheurs de trésors, trésor ou pas, enfin de quelque chose de précieux, de quelque chose comme une éthique dans notre façon spécifique de marcher à l’écart, loin des sentiers battus, accompagnée du sentiment, en même temps certitude, qu’en agissant ainsi nous marchons ni sur les sentiers ni sur les sentes déjà tracés mais en zigzag, comme nous l’enseigne Eduardo Galeano (lire ici).

Entre sons et voix, pas à pas, avec lenteurs marquées, avec notre façon d’errer de-ci de-là dans le paysage sonore, dans une époque d’instantanéité, d’oubli, et de rares égards pour ce qui est désintéressé et partageux, dans une époque de surcharge d’information et d’érosion de l’empathie (lire ici), dans une époque de TV, radios, magazines et sites Web infestés de réclames, alors peut être que ce chercheur trouvera quelque chose de fondamentalement différent, quelque chose qu’il n’avait même pas cherché, quelque chose de nouveau pour lui, comme nous l’écrit Peter Handke (lire ici) dans la cueillette des champignons.

Mais l’on sait pourtant de longue expérience que les big data, omniprésents et opaques pour satisfaire le marché super-juteux de la collecte de données de machine à machine, viennent se repaître grassement auprès de ce type de serveur. Bien qu’ouvrant ainsi la porte du jardin à ces tripatouilleurs de data repérables à leur lampe frontale – prévenons-les à toutes fins utiles: le pactole escompté est ici ridicule-, eh bien Radio Univers affichant fièrement « trois fois le nombre de l’harmonie », continuera pour Emma (auteure de la photo de une), Daniell (lire ci-dessous) et tant d’autres, à fredonner et chanter comme si de rien n’était.

Capture-d’écran-2017-11-28-à-21.48.33

D.D

Ce qui a été écrit et dit ici-même autour de Radio Univers. Ainsi que sur les big data.