Current track

Title

Artist

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Titre diffusé : 

powered by Advanced iFrame free. Get the Pro version on CodeCanyon.

Background

Notre-Dame-des-Landes, « la fabrication d’un mensonge d’Etat ». N°725

Written by on 4 mars 2016


nddl Il sera bien difficile d’étouffer ou de nier ce mouvement d’opposants mobilisés samedi dernier. Avec, a-t-il été entendu, « un plaisir diffus, bon enfant, d’être ensemble et nombreux » pour la «plus grosse manifestation depuis le début de la lutte».

En écho en quelque sorte à l’annonce d’un référendum local à l' »apparence démocratique » (au périmètre et modalités non-définis, du coup en plein imbroglio juridique) sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes .

Françoise Verchère, coprésidente du Collectif des élus doutant de la pertinence de l’aéroport (Cedpa), abonde dans ce sens : « Ce projet de référendum peut être une énième entourloupe qui a une apparence démocratique mais on ne fait pas un référendum sur un dossier mensonger depuis le début. »

Où en est ce projet ? Le juge de l’expropriation du tribunal de grande instance de Nantes a rendu sa décision le 25 janvier dernier approuvant la décision d’exproprier les habitants « historiques » de Notre-Dame-des-Landes. Avec cette phrase qui s’abat comme une lame « L’évacuation peut commencer pour les exploitations agricoles »

Visés : onze familles, dont quatre agriculteurs expulsables immédiatement, y compris leur cheptel (l’un a plus de 80 vaches). En revanche, les familles bénéficient de deux mois de délai (période hivernale) avant d’être contraintes de quitter leur domicile. Le juge dit avoir pris en compte la nécessité de trouver une nouvelle école aux enfants scolarisés, et le sort d’une personne âgée (84 ans). Au total, c’est une trentaine de personnes concernées. La justice a ainsi accédé aux demandes de Vinci (au nom de l’État qui lui a concédé l’exploitation de la zone pour la construction de l’aéroport).

nddl1Sans attendre cette annonce présidentielle, dans un livre écrit dans l’urgence, précis, lucide, et accusateur -car ce dossier « signe pour moi une faillite intellectuelle et morale. Une faillite des élites qui met à mal tout ce à quoi je crois. » (pg 125)- , Françoise Verchère, opposante de longue date de ce projet d’aéroport qui s’étend sur près de 2000 hectares de terres agricoles et de milieux naturels, y dénonce pas moins « la fabrication d’un mensonge d’Etat« .

Ancien maire de Bouguenais pendant 14 ans, et conseillère générale de Loire-atlantique jusqu’en 2015, Françoise Verchère connaît le dossier jusque dans ses moindres détails. C’est ainsi qu’elle y décrypte les mécanismes qui engagent l’Etat dans cet aéroport dudit Grand Ouest.  » Il y a une véritable manipulation. Par des hauts fonctionnaires. Aux ordres ou non ? Impossible de savoir ». (pg 70). Plus loin, elle s’interroge « N’y aurait-il pas en arrière-plan des intérêts cachés mais décisifs qui expliqueraient une connivence entre certains acteurs du projet? » (…) « la consanguinité entre le monde politique et économique » (pg 115). Et elle met en cause nominativement deux hauts fonctionnaires. L’un, actuel conseiller auprès de Manuel Valls, qui a travaillé à Vinci Concession; l’autre, devenu responsable de Vinci Concession.

Sans attendre sa sortie papier -mais depuis disponible sous forme d’un petit livre au prix de 10 €- compte tenu dit-elle de l' »urgence » de la situation, elle a jugé prioritaire de le mettre en ligne en intégralité. Pour le lire en ligne, c’est ici.

Sont venus s’ajouter récemment d’autres informations qui confirmeraient bien, en plus de ce « mensonge d’Etat« , un délit de rétentions d’informations. Lire ici.

Rappelons que ce projet d’aménagement décidé il y a 40 ans au temps du Concorde, a été remis au goût du jour cet été par haussement de menton à l’heure où, aussi étrange que cela puisse paraître, l’Etat vendait en catimini l’aéroport de Toulouse-Blagnac -un gouffre financier bradé à un mystérieux consortium chinois.

Faut-il construire un aéroport à Notre-Dame-des-Landes ? Selon ce Collectif des élus (CéDpa), il ne présente aucune utilité. Par contre, version Notre-Dame-des-Rentes pour assurer les intérêts économiques de VINCI Airports, son concessionnaire, et des lobbys patronaux, la chose est entendue ! Dans ce jeu de dupes que sera ce référendum, s’attendre déjà dans les semaines qui viennent à une large campagne publicitaire pro-aéroport…

On a facilement idée du type de campagne : « Ne pouvant se fonder sur des faits objectifs, le discours pro transfert est un mélange de mensonges (sur les risques, le bruit, le risque pour le lac de Grand-Lieu, les emplois créés, les nouvelles lignes, etc.) et de déclarations de foi: « C’est un grand projet de territoire », « C’est bon pour l’avenir de notre Grand-Ouest », « C’est nécessaire au développement ». Jean-Yves Le Drian a déclaré qu’il ne comprenait pas « au nom de quoi on voudrait priver les habitants de Bretagne et des Pays de la Loire et d’autres régions de l’accessibilité aérienne ». »

Ce à quoi Françoise Verchère répond: « Qui a jamais parlé de priver qui que ce soit d’accessibilité aérienne ? Il y a à ce jour 10 aéroports en Bretagne et 17 en Pays de loire ( Nantes-atlantique étant évidemment le plus important), et aucune compagnie n’a renoncé à ouvrir une ligne au motif que l’infrastructure ne le permettait pas… S’il n’y a pas de ligne vers Shanghai, ou New York ce n’est pas parce que Nantes-atlantique est saturé mais parce que le marché n’existe pas et Notre-Dame-Des-Landes ne changera rien à l’affaire. » (pg 106).

Et puis l’on peut s’attendre encore à l’incessant tapage médiatique accusant les ZADistes d’opposants « ultra-violents » (comme les a présentés Manuel Valls). » (pg 114).

Pourtant « Nous avons montré toutes les failles. Le drame, c’est que les politiques ne veulent même plus regarder à quel point le dossier est mal ficelé et à quel point il repose sur des mensonges », a ajouté Françoise Verchère, loin d’être à armes égales communicativement parlant.

Par ailleurs, de Naomi Klein, Jean Jouzel, Virginie Despentes, Pierre Rabhi, Erri de Luca, Giorgio Agamben, à Yves Citton, Kristin Ross, ou Patrick Viveret, une quarantaine de personnalités appellent le gouvernement à ne pas construire l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes au nom de la protection du climat et du respect des engagements de la COP21. Pour signer leur pétition, c’est ici .

D.D


Sur le même sujet:
L’aéroport (référendum « Tempelhof » à Berlin)
ruCe qui fut écrit ou dit ici-même autour de la COP 21.
« Total dégoût ».


Reader's opinions

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.